États-Unis : Les grandes oreilles d’Obama

L’affaire des « écoutes » du FBI et de la NSA fait scandale.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


George W. Obama. C’est ainsi que des médias ont surnommé le Président après les articles du Washington Post et du Guardian sur l’affaire des « écoutes » du FBI et de la NSA. Après les révélations d’un jeune informaticien, Edward Snowden, ayant travaillé pour les renseignements, on découvre que le monde entier est surveillé au nom du Patriot Act, initié par Bush et reconduit par Obama. Si des soupçons existaient, c’est l’ampleur du système qui fait scandale. Ainsi, les géants d’Internet, Google et Facebook en tête, sont accusés de fournir des informations directement aux agences de sécurité. Le début d’une prise de conscience ? Une majorité d’internautes semble pourtant s’accommoder de la surveillance généralisée.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.