Immigration : Des journalistes dans les centres de rétention ?

Manuel Valls envisagerait d’ouvrir aux journalistes l’accès à ces centres très fermés.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


« L’accès des journalistes aux centres de rétention administrative (CRA) sera dans le prochain projet de loi immigration », a indiqué le ministère de l’Intérieur à l’AFP lundi. Dans un souci de « transparence », Manuel Valls envisagerait d’ouvrir aux journalistes, sous condition, l’accès à ces centres très fermés, où sont placés les étrangers avant leur expulsion. Si la loi pénitentiaire de 2009 établit les motifs pour lesquels un directeur de prison peut refuser l’entrée à un journaliste, aucun règlement de ce type n’existe pour les CRA et les zones d’attente en aéroport. Vide juridique qui se traduit souvent par un refus d’accès. Le 25 avril, la Commission nationale consultative des droits de l’homme préconisait l’inscription du droit de visite des journalistes dans la législation.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.