Revivez la cérémonie des Y'A Bon Awards 2013

Le 5e palmarès du «meilleur des pires propos racistes» était dévoilé mardi soir au Cabaret sauvage. La cérémonie en direct sur Politis.fr.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Qui succédera à Éric Raoult, Brice Hortefeux, Robert Ménard et Caroline Fourest ? Les Indivisibles révélaient mardi soir le palmarès 2013 des pires phrases racistes entendues dans les médias français depuis un an.

Comme chaque année, une trentaine de déclarations ont été sélectionnées, dans 6 catégories dont l'intitulé était gardé secret jusqu'à l'ouverture des festivités, prévue à 20 h 30.

Pour la première édition sous présidence socialiste, l'association créée en 2007 promet un palmarès de qualité «constante». «Un racisme toujours aussi normal sous une présidence normale» , prévient-elle.


Le direct


  • 23 h 05 : pour un dernier mot de remerciement, Gilles Sokoudjou, président de l’association des Indivisibles reprend la maxime d’Aimé Césaire : « L’heure de nous-mêmes a sonné. » « On nous avait promis le changement, mais celui-ci ne peut venir que de nous-mêmes » , enchaîne-t-il.

La 5e cérémonie des Y'A Bon se termine en musique.

Deux nominations pour Manuel Valls, un Y'A Bon pour Élisabeth Levy

  • 22 h 45 : dans la catégorie phare de la soirée, « Pour l’ensemble de son œuvre » 4 personnalités étaient nominées :

Lionnel Luca, Alain Finkielkraut, Xavier Lemoine et Élisabeth Levy.

C’est Élisabeth Levy qui emporte la banane d’or, « pour l’ensemble du travail accompli ».

  • 22 h 25 : dans la catégorie « Un racisme à peine voilé », les nominés sont :

Jeannette Bougrab, Abdennour Bidar, Élisabeth Badinter et Manuel Valls (pour sa seconde nomination de la soirée) avec des propos sur « le voile qui interdit aux femmes d’être ce qu’elles sont » .

Et la lauréate est Élisabeth Badinter , pour des propos tenus sur Elle.fr, le 20 mars 2013 :
« D’un côté, on commémore les victimes de Mohamed Merah et [on] veut combattre l’islamisme radical et, de l’autre, on laisse faire l’entrisme de ces islamistes dans des crèches de quartier. Il faut absolument réagir très vite. »

  • 22 h 10 : dans la catégorie « Retourne chez ta mère », les nominés sont :

Philippe Meunier, député UMP du Rhône, qui parlait des « traditions qui violent notre culture » , Manuel Valls pour son « les Roms ont vocation à rester en Roumanie… À y retourner » . Franck Tanguy est également nominé, ainsi que Christian Estrosi – pour sa deuxième nomination – avec des propos sur « les prostituées étrangères, en l’occurrence chinoises, qu’on fait intervenir pour nous donner des leçons de morale » , au cours d’un débat dans le Grand Soir 3.

Le vainqueur dans la catégorie « Retourne chez ta mère » est :

Franck Tanguy, chroniqueur chez RMC, pour cette phrase prononcée le 12 novembre dans « Les Grandes Gueules » : « Très franchement, quand je vois un barbu en djellaba qui traverse au feu rouge, j’ai envie d’accélérer. »

Christophe Barbier débarque aux Y'A Bon Awards

  • 21 h 55 : dans la catégorie « Aux bon vieux temps des colonies », les nominés sont :

Jean-Luc Petitrenaud, Jean-René Godart, Nicolas Bedos et Jean-Sébastien Vialatte.

Et le gagnant est Jean-Sébastien Vialatte, député UMP du Var, pour son tweet sur les émeutiers du Trocadéro, le 20 mars 2013 : « Les casseurs sont sûrement des descendants d’esclaves, ils ont des excuses. Taubira va leur donner des compensations. »

  • 21 h 43 : Christophe Barbier débarque sur scène, sous les huées, pour récupérer deux bananes d'or obtenues dans les précédentes éditions pour des unes de l'Express à tendance xénophobe. À mesure qu’il revendique tantôt une stratégie commerciale, tantôt un « besoin de dire les choses et de débattre » , le chahut grandit dans la salle et vire à la défiance. Il devient officiellement le premier primé à venir physiquement récupérer son prix.

Jean-Luc Mélenchon nominé, Jean-François Copé primé

  • 21 h 40 : dans la catégorie « Territoires perdus de la République », les nominés sont :

Michèle Tribalat, Jean-François Copé, Karl Lagerfeld, Christian Estrosi et Jean-Luc Mélenchon.

Le coprésident du Parti de gauche a déclaré dans l’émission « Viens diner dans ma cité » (France 4): « La plupart des gens vivent leur foi, ne cherchent pas à se déguiser en Afghans. Un déguisement, c’est se foutre une calotte sur la tête et passer sa journée avec une tenue d’Afghan. Je trouve ça ostentatoire. On peut être croyant et ne pas avoir besoin d’humilier les autres. »

Et le vainqueur est :

Jean-François Copé, qui évoquait, le 5 octobre 2012, « ces familles qui, rentrant du travail le soir, apprennent que leur fils s’est fait arraché son pain au chocolat à la sortie du collège par des voyous qui lui expliquent qu’on ne mange pas pendant le ramadan » .

  • 21 h 20 : dans la catégorie «Super Patriote», les nominés sont :

Gérard Depardieu, Marine Le Pen, Véronique Genest et Hassen Chalghoumi, le président de l’Association culturelle des musulmans de Drancy, qui a déclaré : « Quand on a vu sur la première photo de classe que ma fille était entourée de Black et de Beurs, on s’est dit qu’elle ne devait pas rester dans cette école. »

Et le vainqueur dans la catégorie « Super Patriote » est :

Véronique Genest (actrice), pour des propos tenus sur NRJ12 le 17 septembre 2012 : « J’ai dit que je trouvais l’islam dangereux pour notre démocratie et qu’il nous le prouvait tous les jours (…) Ce soir, je fais mon coming out : oui, probablement que je suis, comme beaucoup de Français, islamophobe. »

La vidéo des 6 lauréats :

  • 21 h 20 : Toumi Djaidja, initiateur de la « marche pour l’égalité » en 1983 et membre du jury, est ovationné, trente ans après l’événement.

Lire > Trente ans après, que reste-t-il de la marche pour l’égalité ?

  • 21 h: l'animateur de Canal Street, Raphäl Yem prend les commandes. « Si le mariage est désormais pour tous, je crains que malheureusement le racisme le soit aussi. » La cinquième cérémonie des Y'A Bon Awards est ouverte.

  • 20 h 50 : des sanglots dans la voix, Gilles Sokoudjou, président de l'association des Indivisibles, donne la parole à 6 militants de Solidaires Étudiant-e-s, proches de Clément Méric, tué mercredi 5 juin par des militants d'extrême droite :

« La nature profondément politique de la mort de Clément nous oblige à prendre la parole , commence une jeune fille au micro. Nous savons aussi que sa mort a ému l'opinion, comme le fait rarement la mort de personne non blanches. Nous souhaitons rappeler que sa mort s'inscrit dans un climat sociétal que nous dénonçons (...). »

Une minute de silence est observée en mémoire du jeune militant antiraciste.

Le jury est composé cette année d'Enora Malagré, Sadia Diawara, Rony Brauman, Laurent Baffie, Marco Prince, Yasmine Chouaki, Anastasia Tudiesche, Mireille Fanon-Mendes France, Océane Rose Marie, Nadir Dendoune, Laurence Méhaignerie, Aya Cissoko, Didier Lestrade, DJ Cut Killer, Pascal Boniface, Denis Robert, DJ Pone, Toumi Djaidja.

  • En guise d'amuse-bouche : les déclarations finalement non retenues parmi les nominés:

Haut de page

Voir aussi

Articles récents