Cachez ce slogan que je ne saurais voir…

Nous avons un Premier ministre qui ne peut même pas affronter du regard un slogan qui le chagrine.
Politis  • 26 septembre 2013
Partager :

L’histoire se passe le 6 septembre. Ce jour-là, Jean-Marc Ayrault doit inaugurer la foire européenne de Strasbourg. Parmi les visiteurs, Jean-Claude Moog, vêtu – détail qui a son importance – d’un polo bleu et d’un jean. Soudain, notre citoyen est entouré par deux policiers qui l’informent : les organisateurs leur ont demandé de l’accompagner hors de l’enceinte de l’exposition et de l’en tenir éloigné le reste de la journée. Sans autre explication, il sera donc retenu pendant deux heures en lisière de la manifestation. Bien informés, les organisateurs savaient donc que, sous le polo bleu, Jean-Claude Moog arborait un maillot barré de la subversive mention « Non à l’aéroport Notre-Dame-des-Landes ». On tirera de cette affaire trois petites leçons : le port dudit maillot s’apparenterait à un « délit » ; les organisateurs d’une manifestation privée pourraient disposer à leur guise de la police nationale ; et, enfin, nous avons un Premier ministre qui ne peut même pas affronter du regard un slogan qui le chagrine.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don