Les médecins libéraux contre le tiers-payant

L’Union française pour une médecine libre n’hésite pas à parler d’« assassinat ».

Le tiers-payant généralisé dans les cinq ans fait rugir l’Union française pour une médecine libre (UFML), qui n’hésite pas à parler d’« assassinat ». « Cela signifie […] l’assujettissement des médecins aux organismes payeurs, la mainmise totale de l’État et des financeurs sur le soin, la création d’une médecine basée sur des critères comptables et non sur des critères médicaux, le développement des réseaux de soins avec une totale liberté pour les mutuelles », liste ce syndicat, qui se met à défendre…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents