Mort d’un grand humaniste

Le généticien Albert Jacquard est décédé à l’âge de 87 ans d’une leucémie. Auteur d’une trentaine d’ouvrages, connu pour ses engagements citoyens auprès des plus humbles, il était président d’honneur de l’association Droit au logement.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Né dans une famille catholique et conservatrice , Albert Jacquard s’est laissé longtemps bercer par le conformisme. « J’appartenais au camp des salauds » , disait-il en revenant sur la première moitié de sa vie. Devenu spécialiste de génétique des populations, il se fait connaître du grand public avec la publication en 1981 d' Éloge de la différence , un manifeste contre les inégalités, un combat qu’il ne lâchera plus et qu’il déclinera de multiples manières.

Militant antiraciste , il n’a de cesse de démonter les arguments prétendument scientifiques des théories racistes, mettant son autorité au service d’associations telles que le Mrap. Pacifiste, il appuie à plusieurs occasions des initiatives du Mouvement de la paix. Récemment, il avait accepté de parrainer le Tribunal Russell sur la Palestine. Opposé au nucléaire civil et militaire – il a coécrit en 2012 avec Stéphane Hessel Exigez ! Un désarmement nucléaire total  –, il était membre du comité de parrainage de La Coordination pour l'éducation à la non-violence et à la paix. On le retrouve aussi engagé dans le mouvement espérantiste, dont il parraine avec Edgar Morin une liste aux européennes en 2004.

Défenseur des plus démunis , il participe à de nombreux combats pour la régularisation des sans-papiers, dès l’occupation de l’église Saint-Bernard (1996), où il est présent au moment de l'assaut des forces de police. Après avoir été l’un des fondateurs de l’association Droits devant !! en 1994, il s’engage dans la lutte des mal-logés, souvent aux côtés de l’abbé Pierre. Président d’honneur de l’association Droit au logement (DAL), il manifestait encore avec elle, le 16 mars dernier, aux côtés de l’actrice Josiane Balasko et de Mgr Gaillot, pour réclamer l’arrêt des expulsions, la baisse des loyers et du coût de l’énergie.

Manifestation du DAL, 16 mars 2013. - Bertrand Langlois / AFP

Avec ATD Quart Monde , il avait réfléchi aux conditions de la réussite de tous les enfants à l’école, sujet sur lequel ses vues iconoclastes l’ont conduit à rêver que soit un jour inscrit au fronton des établissements scolaires : « Ici est enseigné l’art de la rencontre. »

Proche du mouvement altermondialiste , résolument opposé au libéralisme économique et à toutes les logiques de concurrence et de compétition, Albert Jacquard était aussi un écologiste. Dans Voici le temps du Monde fini (1991), il s'en prenait à la bêtise de ceux qui brûlent cette matière extraordinaire qu'est le pétrole. Avant de prôner, ces dernières années, une « décroissance joyeuse » .

Tous ces combats , qui ont en commun la recherche d’une société plus humaine, avaient fait d’Albert Jacquard une figure dérangeante pour de nombreux responsables politiques qui, après l’avoir nommé au Conseil national d’éthique, lui tressent aujourd’hui des louanges hypocrites. Ces honneurs posthumes doivent bien faire sourire l’homme modeste qu’il est toujours resté.


Crédit photo: Martin Bureau / AFP

Haut de page

Voir aussi

Articles récents