La gauche et l’Ukraine

En dénonçant les « putschistes » de Kiev, Jean-Luc Mélenchon a créé un début de polémique.

Depuis Toulouse, où il manifestait samedi contre le « pacte de responsabilité », Jean-Luc Mélenchon a commenté les événements d’Ukraine. On peut à la rigueur le suivre sur le caractère « absolument prévisible » de la réaction russe en Crimée. Mais beaucoup plus difficilement quand il emprunte au vocabulaire de Poutine pour qualifier de « putschiste et aventurier » le nouveau pouvoir ukrainien. C’est effacer la force du mouvement populaire, et c’est oublier que ce pouvoir n’a fait que remplir le vide laissé…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents