De l’imprévoyance à la délation

Le gouvernement a certes condamné les dégradations de Morlaix. Mais sans expliquer l’absence sur place de forces de l’ordre.

Casser, c’est mal. Du moins quand les casseurs sont des ouvriers en colère ou des jeunes de banlieue révoltés. S’ils sont agriculteurs, la droite affiche sa « compréhension ». On a même vu le président de la FDSEA du Finistère, Thierry Merret, un des chefs des Bonnets rouges, féliciter les légumiers incendiaires de Morlaix (Finistère). Le gouvernement a certes condamné ces dégradations. Mais sans expliquer l’absence sur place de forces de l’ordre alors que les incendiaires s’étaient regroupés avec une…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents