Les rentiers de la route

Leurs sociétés ayant racheté les autoroutes ont vu leur taux de rentabilité grimper de 26 %.

Plus on roule et plus Vinci, Eiffage ou Abertis s’empiffrent. Leurs dix-neuf sociétés ayant racheté les autoroutes à vil prix en 2005 ont vu leur taux de rentabilité grimper de 26 %, d’après l’Autorité de la concurrence. En cause, l’augmentation des tarifs de péage, dont presque un quart constitue du « bénéfice net ». Mais aussi le fait que 35 % des marchés de travaux autoroutiers ont été confiés à des entreprises liées à Vinci et Eiffage. L’Autorité propose d’indexer les prix sur le trafic. D’ici là, on…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents