EPR : la polémique nucléaire redémarre de plus belle

Le nouveau retard pris par le chantier risque d'enterrer la promesse de Hollande de fermer la centrale de Fessenheim avant 2017.

Le plus gros fiasco industriel du lobby nucléaire français depuis l'abandon du surgénérateur Superphénix en 1997: voilà le titre auquel peut désormais postuler le réacteur dit "de nouvelle génération" en construction à Flamanville (Manche). EDF vient d'annoncer un nouveau retard dans la mise en service du premier EPR français. C'est le troisième report : il ne devrait être raccordé au mieux qu'en 2017, soit cinq ans (ou plus) après la date initialement prévue. Et la facture finale pourrait s'élever à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents