Christian Paul : « C’est un congrès de survie »

Christian Paul s’inquiète du délitement d’un parti miné par le cynisme de la direction actuelle.

Ragaillardi par le tour de France qu’il a entrepris pendant plusieurs semaines, Christian Paul, député de la Nièvre, désigné par l’aile gauche du PS pour mener la « motion B » au congrès, veut croire que sa ligne peut peser face à la « motion A ». De là à s’installer dans le fauteuil du premier secrétaire actuel, Jean-Christophe Cambadélis ? Le chef des frondeurs, jusqu’ici très discret, ne l’exclut pas : « Ce serait la conséquence logique de l’existence d’une nouvelle majorité. Je ne me déroberai pas. »…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.