Faux tract : Marine Le Pen avait assumé, la justice la blanchit

Le jugement de la cour d'appel de Douai (Nord), qui a relaxé cet après-midi la présidente du Front national, n'est pas seulement surprenant. Il est grave de conséquences pour la régularité future de toute élection et donc pour notre démocratie. Rappel des faits : Marine Le Pen avait été citée à comparaître par Jean-Luc Mélenchon pour « manoeuvre frauduleuse » et publication d'un montage sans le consentement de l'intéressé, réalisé dans le cadre de la campagne des élections législatives de 2012 opposant les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents