Derrière les affrontements, des manifestants venus de toute la France

Reportage photo dans la manifestation nationale du 14 juin contre le projet de loi travail, largement ignorée au profit du spectacle des violences qui se sont déroulées en marge du cortège.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Mardi dernier, entre la place d'Italie et l'esplanade des Invalides, les manifestants étaient loin d'être tous de noir vêtus. Ni même constitués uniquement de seuls cégétistes, comme tendraient à le faire croire les attaques ciblées du gouvernement. Derrière le « carré de tête » formé par les dirigeants des sept syndicats organisateurs – les deux centrales FO et CGT, la FSU et Solidaires, et les syndicats de jeunesse Unef, UNL et Fidl –, le cortège était très coloré, avec une dominante rouge. Constitué de dizaines de milliers de salariés de tous âges, venus de tous les coins de France pour exiger le retrait du projet de loi El Khomri, ce cortège souvent très dense n'a guère attiré les caméras et photographes. Sans doute l'ampleur de cette mobilisation dérangeait-elle trop un pouvoir qui n'entend rien changer à ses projets libéraux.

Lire > L’opposition à la loi Travail mobilise énoooormément


Haut de page

Voir aussi

Articles récents