M. Chat derrière les barreaux ?

Le parquet de Paris a requis 3 mois de prison ferme contre le célèbre graffeur. Un délire juridique.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Trois mois fermes ! C’est la peine requise par le procureur du tribunal correctionnel de Paris le 15 septembre contre le graffeur Monsieur Chat, alias Thoma Vuille. Son méfait ? Avoir dessiné son allègre chat dans la gare du Nord, sur une cloison en plâtre destinée à être recouverte par un habillage de mobilier urbain. Une œuvre éphémère, donc, que le parquet qualifie de « dégradation » – ce qui pourtant suppose en droit que celle-ci soit permanente… Il faut noter que la SNCF n’est pas représentée dans cette affaire et n’a formulé aucune demande de dommages et intérêts.

À l’heure où le constat est fait des dégâts de la surpopulation carcérale, le parquet de Paris envisage d’envoyer un artiste en prison pour un « délit » inexistant. Décision (un peu plus raisonnable, on espère…) le 13 octobre.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents