COP 22 à Marrakech : beaucoup d'absents et peu d'enthousiasme

Peu de chefs d'État viendront concrétiser leurs promesses et les discussions sont déjà enlisées sur les applications de l'accord de Paris

Les délégations officielles arrivent au compte-gouttes à Marrakech pour discuter de la suite à donner à l’accord de Paris signé il y a moins d’un an. Elles sont souvent peu soucieuses de transformer la réalité de ce que leurs pays ont ratifié. Notamment en matière de transparence, officiellement acceptée pour évaluer les engagements pris en ce qui concerne la réduction des émissions de gaz à effet de serre ainsi que sur la priorité à donner aux pays du Sud. Des domaines dans lesquels règne une grande opacité. D’ailleurs, seulement 1 500 journalistes ont été accrédités contre plus de 5 000 l’année dernière. La plupart ne seront présents qu'à la fin de la conférence, lors de l’arrivée des chefs d’État et de gouvernement, au moment de la conclusion des discussions qui doit théoriquement être publiée le 18 novembre.

Il reste 74% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents