Des banques françaises financent la colonisation israélienne

Prêts, investissements : la BNP Paribas, Natixis, le Crédit agricole, et la Société générale, sont-elles complices de la colonisation des territoires palestiniens par Israël ?

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La logique est simple, pour la BNP Paribas, Natixis, le Crédit agricole, et la Société générale : « Business is business ». Hier, on apprenait par l’enquête de l’ONG Food and Water Watch que ces banques finançaient les oléoducs dans l’État du Dakota aux États-Unis – un projet cher à Donald Trump – qui vont servir à transporter du pétrole de schiste, en pleine réserve ancestrale des Sioux. Aujourd’hui, c’est le rapport d’un collectif signé entre autres par France-Palestine, la LDH, la FIDH, et la CGT, qui dénonce l’implication de ces groupes dans la colonisation menée par Israël dans les territoires palestiniens.

La politique de Benjamin Netanyahou déloge depuis plusieurs années des milliers de Palestiniens, en toute illégalité au regard du droit international. Des actes de torture ont même été perpétrés, y compris contre des enfants, selon Amnesty International. Pourtant, ces quatre groupes, en plus d’AXA, ont accordé des prêts ou sont actionnaires d’entreprises qui contribuent à la colonisation israélienne.

Complicité financière

La logique du gouvernement de Benjamin Netanyahou repose sur « l’accaparement sans cesse croissant de nouvelles terres par Israël », mais aussi sur un « environnement coercitif » pour créer des déplacements de populations, selon le rapport. Ce sont donc 986 maisons et structures palestiniennes, comme des écoles ou des citernes d’eau, qui ont été détruites ou confisquées par l’armée, soit une augmentation de 80 % comparé à 2015.

À lire aussi >> Macron fait déjà allégeance au gouvernement israélien

Quel est le rapport avec les entreprises françaises ? Elles continuent à aider activement les banques israéliennes qui « fournissent l’infrastructure financière nécessaire aux activités des agences gouvernementales, entreprises et individus dans les colonies », en possédant des actions de ces groupes, ou bien en leur accordant des prêts.

Le Crédit agricole est ainsi actionnaire pour les neufs principaux groupes israéliens liés à la colonisation, dont des banques et des entreprises. Natixis arrive en deuxième position (6 sur 9), derrière la Société générale, AXA (4), et la BNP Paribas (2).

En 2004, ces banques françaises ont par ailleurs signé quatre accords de prêts d’une valeur de 288 millions d’euros au profit d’Israel Electric Corporation (IEC), qui « approvisionne les colonies israéliennes en électricité », et imposent « des coupures totales » de courant dans les territoires palestiniens situés en Cisjordanie.

De pieux engagements

Malgré ce soutien financier, les cinq banques et assurances françaises ont toutes signé des engagements sur le respect des droits humains. Ainsi la BNP veille-t-elle à ce que ces droits soient garantis « dans tous les pays où elle exerce », le Crédit agricole à ne pas être « complice involontaire de violations », ou encore AXA à appliquer le principe de l’ONU, à savoir « Protéger, respecter et réparer ».

Une implication qui va à l’encontre des nombreuses et difficiles démarches institutionnelles concernant Israël et les territoires palestiniens. La France soutient ainsi officiellement la politique européenne de « différenciation », et a voté pour la résolution 2334 de l’ONU voté en 2016 qui interdit la colonisation. C’est pourquoi ce rapport souhaite que le gouvernement intervienne auprès des banques françaises dans cette participation illicite.


Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents