Vél’ d’Hiv' : mais qui a bien pu faire ça ?

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Marine Le Pen, gaullo-mitterrandienne ? Sans doute, si l’on en croit sa déclaration, dimanche 9 avril, sur la rafle du Vél’ d’Hiv’ : « La France n’est pas responsable » de cette opération menée, en juillet 1942, par 4 500 policiers parisiens et les chauffeurs – bien français – des autobus de la RATP. La présidente du FN a repris là l’antienne de l’après-guerre selon laquelle « Vichy, ce n’était pas la France », qui a eu cours jusqu’au discours de Jacques Chirac de 1995, reconnaissant (enfin) la responsabilité de la nation dans la déportation des juifs de France. Marine Le Pen a ajouté : « S’il y a des responsables, c’est ceux qui étaient au pouvoir à l’époque. »


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.