Présidentielle : Le FN a la défaite mauvaise

La fiction n’aura pas duré bien longtemps. Lundi, Marine Le Pen a retrouvé la présidence du Front national, à peine plus de deux semaines après sa « mise en congé » entre les deux tours. Un retour à la situation ante ? Pas tout à fait. Elle doit faire face aux contrecoups de sa défaite face à Emmanuel Macron. Le plus patent est la fin de l’« alliance patriote et républicaine » scellée avec Nicolas Dupont-Aignan, grâce à laquelle elle espérait obtenir une majorité. Tous deux avaient, dans les grandes lignes, acté un accord futur pour les législatives, qui prévoyait cinquante candidats Debout la France (DLF) soutenus par le FN et 50 FN soutenus par DLF. « Ce n’est plus le cas », a expliqué, lundi sur BFM TV, celui à qui Mme Le Pen avait promis Matignon.

« Je préfère rester libre », a-t-il déclaré, en précisant qu’il fallait « acter et tirer les leçons de la défaite du camp patriote ». Ce qui, à ses yeux, nécessite de « reconstruire une offre politique qui rassemble […] pour faire l’union des droites » autour de son parti. DLF ayant décidé de présenter des candidats « dans la quasi-totalité des circonscriptions », le FN a investi en retour un candidat face à Nicolas Dupont-Aignan et a également fait part de sa volonté « d’être présent dans la totalité des 577 circonscriptions »

Il reste 49% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents