La grève de la faim d’une militante tunisienne des droits de l’homme

Radhia Nasraoui proteste contre la levée de la protection présidentielle sur son mari, Hamma Hammami, secrétaire général du Parti des travailleurs et porte-parole du Front Populaire.

Denis Sieffert  • 27 juillet 2017
Partager :
La grève de la faim d’une militante tunisienne des droits de l’homme
photo : Rahdia Nasraoui (à gauche) et son mari Hamma Hammami, secrétaire général du Parti des travailleurs et porte-parole du Front Populaire (FP) (au centre).
© FETHI BELAID / AFP

Militante des droits de l’Homme, membre du sous-comité de lutte contre la torture à l’ONU et présidente de l’Organisation contre la torture en Tunisie, Radhia Nasraoui, 64 ans, vient d’entamer sa deuxième semaine de grève de la faim, débutée le 11 juillet.

Rahdia Nasraoui proteste contre la levée de la protection présidentielle sur son mari, Hamma Hammami, secrétaire général du Parti des travailleurs et porte-parole du Front Populaire (FP) (une coalition politique tunisienne regroupant douze partis politiques et associations de gauche, nationalistes et écologistes), pourtant sous la menace d’être assassiné, comme l’ont été deux autres dirigeants du Front populaire, Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, en 2013.

« Je vais continuer la grève de la faim jusqu’à ma mort s’il le faut. Je ne peux pas me taire tant que mon mari est menacé », a déclaré Rahdia Nasraoui sur une radio privée. « J’ai participé à la défense des victimes de la répression sous Bourguiba et sous Ben Ali (de gauche, libéraux, islamistes, nationalistes arabes, salafistes, étudiants, syndicaliste, défenseurs des droits de l’homme, journalistes, etc.), ce n’est pas aujourd’hui que je vais laisser tomber mon mari », a-t-elle ajouté, montrant sa détermination.

Depuis l’assassinat de Chokri Belaïd, en février 2013, Hamma Hammami était protégé par la garde présidentielle. Il a été informé récemment que sa sécurité serait désormais assurée par le ministère de l’Intérieur. Une décision qui met la vie de Hamma Hammami en danger. « Avec la garde présidentielle, précise Radhia Nasraoui, la protection était permanente. Avec les services du département de l’Intérieur, elle sera ponctuelle sur demande et uniquement durant les activités officielles. »

La militante estime que cette décision du gouvernement est une punition contre son mari, en raison de ses dernières prises de position contre l’alliance au pouvoir, notamment en faveur d’élections législatives anticipées. Le porte-parole du FP a récemment jugé possible de mobiliser de nouvelles ressources financières, ainsi que de lutter contre la corruption, l’évasion fiscale, l’économie parallèle et les importations anarchiques. Le gouvernement de Youssef Chahed est issu d’une coalition soutenue notamment par les laïques de Nidaa Tounes et les islamistes d’Ennahdha.

[1] Une pétition de soutien à Hamma Hammami est disponible ici.

Monde
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »
Résistance • 25 janvier 2023 abonné·es

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »

Deux ans après le coup d’État militaire, le mouvement de résistance pro-démocratie ne fléchit pas. Cependant, l’issue de sa lutte dépend du renforcement des soutiens extérieurs, jusque-là timides.
Par Patrick Piro
« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »
Entretien • 4 janvier 2023 abonné·es

« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »

Le chercheur béninois Francis Laloupo étudie depuis longtemps les enjeux géopolitiques de l’Afrique et les conflits qui y émergent, particulièrement en Afrique de l’Ouest. Cette région connaît aujourd’hui des soubresauts qui contrecarrent ses avancées vers la démocratie. L’ex-colonisateur français en porte une responsabilité non négligeable, estime le chercheur.
Par Patrick Piro
Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni
Monde • 14 décembre 2022 abonné·es

Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni

Depuis l’élection du gouvernement d’extrême droite en Italie, les mouvements pro-vie et anti-genre prennent de l’ampleur et s’emploient à infléchir la législation dans le sens de leurs combats.
Par Irene Fodaro
De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens
Répression • 9 décembre 2022 abonné·es

De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens

Accusés de tous les maux par Ankara et par Téhéran, les partis d’opposition et les groupes rebelles kurdes vivent des heures très difficiles en Irak et en Syrie. Si la « communauté internationale » ne cache pas sa préoccupation, personne ne semble en mesure de mettre fin à un cycle devenu infernal. Décryptage.
Par Laurent Perpigna Iban