Loi travail : Le beau travail des Insoumis

À l’Assemblée nationale, les « insoumis » ne sont que 17, mais, face à la majorité silencieuse, on n’a entendu qu’eux.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Ils ne sont que 17, mais, face à la majorité silencieuse, on n’a entendu qu’eux. À l’Assemblée nationale, les « insoumis » ont réussi leur coup. Faute de majorité, ils étaient dans l’incapacité de stopper le rouleau compresseur de la loi d’habilitation à réformer par ordonnance le code du travail. Mais si la bataille politique était perdue d’avance, les 17 parlementaires ont réussi, grâce à une savante orchestration de leur communication, à mener la bataille culturelle au dehors.

Outre l’organisation dans plusieurs villes de rassemblements, plus ou moins suivis, pendant le débat parlementaire, c’est surtout la diffusion des vidéos de leurs interventions sur les réseaux sociaux qui leur a permis d’attirer l’attention des médias et d’ouvrir les yeux du grand public. En quelques jours, le jeune député du Nord, Adrien Quatennens, 27 ans, est devenu la coqueluche du Web pour son discours appelant les macronistes à « s’insoumettre ». Idem pour le député de la Somme, François Ruffin, qui a interpellé le rapporteur de la loi, un ancien de chez Auchan, sur les suppressions d’emplois dans ce groupe bénéficiaire. Des milliers de vues sur Facebook et Twitter… dont n’ont pas profité, faute d’une communication adaptée, les pourtant tout aussi méritants députés communistes.

L’objectif des « Insoumis » était de faire émerger dans le débat public les questions de fond : les conséquences de l’inversion de la hiérarchie des normes et la philosophie de la « contre-révolution » libérale de Macron. Le travail « d’éducation populaire » revendiqué est au final réussi. Un beau coup politique aussi, qui souligne, par contraste, l’inanité des députés « marcheurs » et le silence assourdissant des socialistes.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents