15 000 euros d’amende requis contre une ancienne candidate LREM

Stéphanie Jannin a comparu pour prise illégale d'intérêts devant le tribunal correctionnel de Montpellier. Délibéré le 4 décembre.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Elle avait maintenu sa candidature aux élections législatives malgré sa convocation devant le tribunal correctionnel intervenue deux jours avant le premier tour. Ancienne adjointe à la mairie de Montpellier et candidate LREM battue en juin dans la deuxième circonscription de l'Hérault, Stéphanie Jannin a comparu devant le tribunal correctionnel de la ville pour prise illégale d'intérêt. Une amende de 15 000 euros a été requise contre elle.

La justice lui reproche d’avoir voté, en tant qu'élue à Montpellier, des subventions – dont les montants n'ont pas été précisés – en faveur d'une association présidée par son compagnon. La justice lui reproche également d'avoir voté un avenant à un marché de construction de logements sociaux, d'un montant de 70 000 euros, obtenu par une société dont elle avait été salariée précédemment. Plaidant la relaxe, son avocat, Me Gilles Gauer, a déclaré que sa cliente « a toujours été très transparente sur ses éventuels intérêts et [soucieuse] de ne jamais se trouver en conflit [d'intérêts] ».

Parallèlement, la justice a également réclamé 5 000 euros d'amende à l'encontre de son compagnon, architecte, poursuivi pour recel de prise illégale d'intérêt. Le délibéré est attendu pour le 4 décembre.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents