Dossier : Le populisme peut-il sauver la gauche ?

En Italie, l’égalité d’abord

Face à une gauche éclatée, des militants et des intellectuels réfléchissent à un populisme démocratique et progressiste, à rebours du sulfureux Mouvement cinq étoiles.

On peut dire à bon droit qu’après cinq ans au pouvoir le duo François Hollande/Manuel Valls a profondément abîmé la gauche non communiste ou sociale-démocrate. Mais que dire des dégâts provoqués par le social-libéral Matteo Renzi en Italie ? Héritier du puissant PCI, le pâle Parti démocrate (PD), dont le nom signale le tropisme états-unien de ses fondateurs, était voué dès sa création à réaliser l’unité d’une grande partie de la gauche transalpine, depuis l’aile progressiste de l’ancienne Démocratie…

Il reste 88% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents