TF1/Canal : le conflit s’enlise

TF1 veut faire payer la distribution de ses chaînes aux fournisseurs d’accès, occasionnant un bras de fer avec ces derniers.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Ça n’a pas loupé : en coupant l’accès aux chaînes de TF1 à ses abonnés (tout de même 5 millions de foyers), Canal+ a fait chuter les audiences de la première chaîne. Avec un 20 heures maintenant dépassé par celui de France 2, ou le dernier opus de « The Voice », qui perd un million de téléspectateurs d’une semaine à l’autre (cela dit, il faut tenir compte, dans cette baisse, des vacances scolaires pour ce programme musical très regardé par les jeunes).

Le bras de fer dure depuis dix-huit mois et les tractations peinent. La raison ? En quête de nouvelles ressources, TF1 entend désormais faire payer aux distributeurs la diffusion de ses chaînes gratuites (TF1, TMC, TFX, LCI, HD1, TF1 Séries Film) sur leurs box. En jeu : quelques dizaines de millions d’euros. SFR et Bouygues sont parvenus à un accord (Bouygues étant la maison mère de TF1). La redistribution est en renégociation avec Free et Orange, les deux fournisseurs d’accès ayant menacé de couper les tuyaux et prévenu leurs abonnés (via un bandeau sur l’écran). Orange a déjà sucré l’accès au replay de TF1 et de MyTF1.

Canal, de son côté s’y est refusé : pas question de payer davantage pour des chaînes déjà gratuites sur la TNT. Elle a donc coupé l’accès, avec cette annonce : « Nous vous prions de nous excuser pour la gêne occasionnée et vous assurons que nous travaillons activement à trouver une solution pour un rétablissement du service. » Selon Maxime Saada (sur Europe 1), il y a « bon espoir de trouver un accord dans les jours prochains. Reste qu’on ne veut pas être le premier acteur à payer pour des chaînes gratuites, tout comme nos abonnés ».

À ce jeu-là, TF1 voit s’envoler des téléspectateurs et donc des recettes publicitaires, tandis que le groupe Canal risque de subir de nouvelles défections de ses abonnés (moins 304 000 en 2017). Un bras de fer perdant-perdant.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents