« Samouni Road », de Stefano Savona : Histoire d’un massacre

Dans Samouni Road, Stefano Savona reconstitue un épisode particulièrement tragique de l’offensive israélienne sur Gaza, en 2009.

Une fillette trace avec son pied un cercle sur la terre ocre de Gaza : « Ici, il y avait un sycomore. Il était grand. » Mais il n’y a plus rien. Ni l’arbre géant ni les vivants. Ainsi commence Samouni Road, récit poignant du massacre de toute une famille, anéantie par la mitraille israélienne dans le quartier Zeitoun de Gaza City, en janvier 2009. Le quartier où vivaient les Samouni était réputé tranquille. Pas d’activistes du Hamas, mais des paysans qui travaillaient quelques années auparavant en Israël. Alors pourquoi eux ? « Pourquoi faut-il que l’on souffre tant, nous qui sommes nés ici ? » demande doucement un jeune homme.

L’histoire pourrait être banale dans cette enclave palestinienne régulièrement ciblée par l’armée israélienne. Elle ne l’est jamais parce que le cinéaste italien ­Stefano Savona a choisi un mode narratif original, mêlant aux témoignages une animation crayonnée en noir et blanc qui reconstitue la trame de l’histoire avec un réalisme austère. On pense bien sûr à Valse avec Bachir. Mais Savona a également utilisé des films infrarouges d’origine israélienne. On y voit le curseur des drones poursuivre des cibles humaines impossibles à identifier. Et on entend les ordres de tir. C’est le seul et fragile moment d’humanité, du côté des assaillants, quand une voix s’écrie : « Ce sont des enfants, commandant, je ne tire pas… »

L’histoire ne dit rien de la suite. Pour le reste, les événements de ce 5 janvier 2009 laissent peu de place à l’espoir. Le vacarme des avions de chasse et le moteur pétaradant des hélicoptères précèdent les sommations à sortir du refuge. « Laissez-nous sortir au nom du Coran et de la Torah ! », s’écrie un fils. On voit un homme, le père, sortant de chez lui bras levés, abattu de sang-froid devant ses enfants. Et d’autres silhouettes qui tombent les unes après les autres sous le feu des fusils Uzi. La fatalité se lit dans le regard d’Amal, la fillette, qui se souvient. Un bref instant, la gamine cache ses yeux sous son serre-tête, pour un chagrin sans larmes.

Il reste 47% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents