Amérique centrale : Tenter le passage, une fois encore…

L’histoire de Julissa Garcia, travailleuse domestique, évoque celle de ses compatriotes partis par milliers du Honduras début octobre pour tenter de gagner les États-Unis.

Où se trouve Julissa aujourd’hui ? Est-elle dans le flot des milliers de migrants partis le 13 octobre du Honduras et aujourd’hui entassés sous des abris de fortune à Tijuana, la ville-frontière mexicaine, dans l’espoir désespéré de forcer, à un moment ou à un autre, le passage vers les États-Unis ? Nous l’avions rencontrée deux semaines avant le début de cet exode, à l’occasion d’une rencontre latino-américaine qui rassemblait à Guatemala Ciudad des travailleuses domestiques en lutte pour la reconnaissance de leurs droits et la conquête de salaires dignes.

À lire aussi >> Trump coupe la route à la caravane des migrants

La rondeur poupine de son visage et son maquillage un brin adolescent donnaient l’impression qu’elle était venue faire sagement ses classes au contact de militantes burinées par les résistances. Puis elle s’était levée pour interpeller l’audience de la voix rauque et puissante d’une femme qui ne baisse ni le ton ni les yeux, soutenant sa harangue d’une gestuelle coléreuse qui démentait soudain son air candide. Julissa n’a pas poussé sa scolarité plus loin que le primaire. On est pauvre, alors il faut aider la famille et se saisir dès que possible du moindre petit boulot. Elle a 14 ans quand sa première expérience l’instruit d’entrée sur les réalités de son milieu social : 15 jours de travail comme domestique chez un particulier qui la vire sans un sou, accusée d’avoir volé, prétexte pour se débarrasser d’une gamine inexpérimentée, juge-t-elle. « Et puis il y a des cas d’exploitation qui frisent l’esclavagisme. Au Honduras, les employées domestiques n’ont aucun droit. »

Julissa a grandi à San Pedro Sula. Deuxième ville et cœur économique du pays, cette localité traînait jusqu’au milieu des années 2010 la réputation de « capitale mondiale du crime ». Avec Caracas, San Salvador et Acapulco, elle fait toujours partie du peloton de tête des villes les plus violentes de la planète, selon une étude de la Banque interaméricaine de développement (BID) livrée fin novembre : à raison de plus de 80 homicides pour 100 000 habitants, les taux annuels y sont dix à vingt fois plus élevés que la moyenne mondiale. La BID s’interroge sur cette « anomalie » statistique de la région centraméricaine : la croissance économique ainsi que l’amélioration des indices sociaux (santé, éducation, etc.) n’ont eu qu’une influence marginale sur le niveau de délinquance. Les explications ne manquent pourtant pas : le chômage des jeunes augmente toujours et le Honduras est ravagé par des gangs ultra-violents qui se livrent à toute sorte de trafics (drogues, ressources naturelles) et d’activités criminelles (rackets, enlèvement et traite des personnes, règlements de comptes, etc.).

C’est de San Pedro Sula que s’est ébranlée la caravane des migrants, dont les Honduriens composent le principal du contingent parvenu à Tijuana six semaines plus tard. À mesure de sa progression vers le Nord, Donald Trump a stigmatisé à coups de tweets incendiaires un ramassis de criminels en route pour « envahir » les États-Unis. Les témoignages recueillis au long des 4 000 kilomètres parcourus par la cohorte dessinent un tout autre profil. Le Movimiento migrante mesoamericano (Mouvement migrant centraméricain), qui lutte contre les atteintes aux migrants, nombreux et très exposés dans la région, souligne une dominante de familles et de jeunes. Parmi les plus frappés par le chômage, ces derniers sont régulièrement dans le collimateur de la police ou des maras, les gangs locaux, en quête de main-d’œuvre fraîche pour étendre leur emprise.

Il reste 46% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents