Sylvain Bourmeau : « Les journalistes s’intéressent surtout à la “déviance” »

Sylvain Bourmeau analyse les différentes manières dont médias, chercheurs en sciences sociales et écrivains traitent le mouvement des gilets jaunes.

Producteur sur France Culture de l’émission « La Suite dans les idées », consacrée aux débats et aux sciences sociales, Sylvain Bourmeau a cofondé le quotidien en ligne AOC (« Analyse, opinion et critique »), qui se veut « un journal écrit principalement par des chercheurs, des intellectuels, des écrivains, des artistes et parfois même des journalistes ». Après un an d’existence, AOC a décidé de publier dans un Cahier (1) certains des articles parus en ligne sur les gilets jaunes.

À lire aussi >> Gilets jaunes sous couvertures

Convaincu qu’il « n’y a pas un temps pour le journalisme et un autre pour la recherche, sans parler de la littérature », Sylvain Bourmeau souligne, en introduction de ce premier Cahier, la démarche d’AOC : « Instiller des sciences humaines et sociales au cœur du journalisme » en proposant à des chercheurs « de formuler des hypothèses ». La démarche n’est généralement guère goûtée par les journalistes, mais elle est de longue date au cœur des réflexions de Sylvain Bourmeau, qui anime par ailleurs depuis cinq ans un séminaire à l’École des hautes études en sciences sociales sur le thème « Médias et sciences sociales ».

Comment se distinguent sciences sociales et journalisme, particulièrement dans le contexte du mouvement des gilets jaunes ? Les différences se sont-elles amenuisées dans ces circonstances ?

Sylvain Bourmeau : Les sciences sociales et le journalisme sont deux modes de connaissance différents mais qui, très souvent, s’intéressent aux mêmes objets. Ce qui me frappe toujours, c’est de voir à quel point le journalisme a une méthode, voire une épistémologie, bien à lui, spécifique, mais ne veut pas vraiment le savoir, ou le refoule en permanence. En effet, dans la pratique journalistique est valorisée une sorte d’empirisme radical. L’idée circule, quasiment, qu’il serait préférable d’arriver sur le terrain sans en connaître grand-chose, de façon innocente, afin d’être plus honnête, plus sincère, et capable de voir précisément ce qui est nouveau, intéressant…

Il y a évidemment des prismes propres à chacune des démarches, mais les journalistes ont la particularité de se focaliser sur le franchissement des lignes jaunes. Ils s’intéressent bien sûr aux sociétés en général, comme les sociologues, mais ils se concentrent sur ce qu’on pourrait appeler la « déviance ». Ou plus simplement, dans une formule souvent employée : ils s’intéressent aux trains qui déraillent ou qui arrivent en retard, alors qu’un sociologue sérieux, s’il travaille sur la SNCF, n’a pas de raison de moins s’intéresser aux trains qui sont à l’heure ! Les représentations de la société produites par les médias sont biaisées par ce type d’approche. L’un des rôles des sciences sociales consiste à venir pointer ces biais et à proposer d’autres représentations.

Les sciences sociales ont généralement besoin de plus de temps, de dispositifs d’objectivation de la réalité. Elles doivent accepter d’être inscrites dans une autre chronologie et donc de vivre avec ce décalage. Cependant, le pari que nous faisons, à AOC, c’est justement de penser que l’on gagnera en qualité d’espace public si les sciences sociales (à condition de respecter quelques principes) s’autorisent à parler dans la temporalité qui est habituellement celle du journalisme.

Il reste 47% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents