Les échos de la semaine

L'actualité de la semaine dans l'œil de Politis, en bref.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Portugal : Antonio Costa maintient le PS au pouvoir

En dépit d’une abstention record (45,5 %), l’ancien maire de Lisbonne et Premier ministre sortant, Antonio Costa, sort largement vainqueur des élections législatives du 6 octobre, même si son parti, le PS, manque de peu la majorité absolue. Crédité de plus de 36,6 %, celui-ci devance en effet largement la principale formation de droite, qui s’appelle au Portugal le Parti social-démocrate – les Portugais sont précis sur les termes ! –, qui frôle les 28 %. Le parti libéral (CDS-PP, centre-droit) stagne avec à peine 4 % des voix, mais la surprise est venue du nouveau Parti des personnes, des animaux et de la nature (PAN), formation écologiste en vogue chez certains jeunes se définissant « ni de droite ni de gauche », qui franchit les 3 %. Si le Portugal gouverné par Antonio Costa peut se targuer d’avoir renoué avec la croissance (environ 2 % l’an dernier) sans avoir laissé filer outre mesure les déficits publics – après avoir subi une sévère cure d’austérité entre 2011 et 2014, imposée par la troïka (BCE, FMI et Commission européenne) –, les inégalités sont demeurées criantes. L’alliance du PS avec la gauche de gauche – Bloco de Esquerda et le (très orthodoxe) PCP – a permis certaines conquêtes sociales lors de la dernière mandature ; et ces partis conservent un électorat fidèle (respectivement plus de 9 % et 6 %), avec de forts bastions populaires. La question de la formation d’une future majorité gouvernementale se pose donc à Costa : ou bien poursuivre celle, à gauche, qui a plutôt réussi, malgré des déceptions certaines en termes de redistribution des richesses, ou bien, comme on l’entend aujourd’hui à Lisbonne, avec le petit nouveau, le PAN.

Lubrizol : des produits et des questions dans l’air

Depuis l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen, le 26 septembre, les interrogations des citoyens, des élus locaux et des agriculteurs grandissent. Le premier bilan annonçait 5 262 tonnes de produits « impactés ». L’inquiétude sur la nature de ces produits était déjà très forte, surtout que la liste a mis plus de cinq jours à sortir. Mais, le 4 octobre, la préfecture a révélé que 4 000 tonnes de produits issus de Lubrizol ont également brûlé dans les bâtiments de Normandie logistique, entreprise voisine touchée par l’incendie. Au total : plus de 9 000 tonnes de produits partis en fumée. Qu’en est-il de la toxicité de ce nouveau cocktail de produits évaporés dans l’atmosphère ? Yvon Robert, maire de Rouen et président de la Métropole, a annoncé le dépôt d’une plainte contre X au nom des deux collectivités. Environ 130 plaintes ont déjà été déposées, notamment pour mise en danger de la vie d’autrui.

Municipales : EELV en solo à Marseille

Situation tendue à Marseille : au terme d’une campagne interne, les militants EELV ont largement refusé de rejoindre le « Mouvement sans précédent », alliance de collectifs citoyens et de la majeure partie de la gauche marseillaise (PS, PCF, Place publique, LFI), en vue de prendre la mairie aux municipales de mars 2020. « Mais la porte n’est pas fermée, si le Mouvement sans précédent veut créer un comité de liaison et placer l’écologie au centre de son programme », a commenté la tête de liste désignée, Sébastien Barles. S’ils persistent en solo, les verts seront tenus responsables de torpiller les chances de la gauche de succéder à l’interminable mandat (25 ans) du LR Jean-Claude Gaudin.

Tunisie : abstention et conservatisme

Près de neuf ans après la révolution de 2011, les Tunisiens semblent être lassés, sinon de la démocratie, du moins de l’offre électorale qui leur est proposée. Si les résultats des législatives du 6 octobre ne sont pas encore définitifs à l’heure où nous mettons sous presse, le taux de participation dépasse à peine 41 % des électeurs inscrits (– 27 %). Les sondages à la sortie des urnes donnent en tête le parti islamiste (modéré) Ennahdha (entre 17,5 % et 18 %), suivi par Qalb Tounès (autour de 16 %), formation du magnat de la télévision Nabil Karoui, en prison pour fraude fiscale, qui doit disputer le second tour de la présidentielle ce 13 octobre. Mais c’est surtout la grande dispersion des suffrages qui caractérise ce scrutin, notamment à gauche, rendant très compliquée la formation d’une future majorité.

Justice : un état civil pour les enfants GPA

La GPA est interdite en France, c’est établi et régulièrement rappelé par un large spectre du champ politique. Cependant, chaque année, des parents français conçoivent des enfants par GPA à l’étranger, et subissent, à leur retour en France, des obstacles à l’établissement de l’état civil des bébés. C’est le cas de Fiorella et Valentina Mennesson, nées il y a dix-neuf ans en Californie.

Selon leur état civil américain, leurs parents sont le couple Mennesson. Mais la France refusait de le reconnaître pour Sylvie Mennesson, car les jumelles sont nées d’une mère porteuse. Les parents ont engagé une bataille judiciaire qui, après presque vingt ans de procédure, et alors que leurs filles sont maintenant majeures, leur donne raison : la Cour de cassation reconnaît que Sylvie Mennesson est leur mère, et ce sans qu’elle doive passer par l’adoption.

La veille, l’Assemblée nationale avait adopté un amendement à la loi bioéthique qui automatise la reconnaissance de la filiation d’enfants conçus par GPA dans un pays étranger où elle est autorisée. Le gouvernement, qui maintient que la filiation du parent non biologique doit s’obtenir via l’adoption, a réclamé une seconde délibération. La nouvelle jurisprudence de la Cour de cassation pourrait le faire reculer.

Double casquette, mais toujours bleue

Un flic peut-il être un manifestant comme un autre ? Pour Frédéric Lagache, délégué général d’Alliance, c’est non. Une vidéo montre le policier-syndicaliste-manifestant en plein conciliabule avec un gendarme et une policière – dans l’exercice de leur fonction, eux. L’homme désigne le journaliste Gaspard Glanz, bête noire des forces de l’ordre, venu couvrir la mobilisation des policiers, le 2 octobre, et semble donner des indications. Peu de temps après, le reporter se fait interpeller et conduire fissa au commissariat du XIe arrondissement de Paris. Le journaliste a été relâché plus d’une heure après, sans aucune explication.

Photo de la semaine : Hongkong masqué

© Politis

Des milliers de manifestants, dont de nombreux businessmen des quartiers d’affaires, ont défilé le visage dissimulé, le 4 octobre, sur les artères de la ville. Une réponse à la réactivation par le gouvernement d’une loi datant de l’époque coloniale criminalisant le port de masque dans l’espace public. Le 6 octobre, un tribunal a rejeté l’application de cette loi contre les personnes arrêtées les jours précédents.

Crédit photo : Koki Kataoka/The Yomiuri Shimbun/AFP


Haut de page

Voir aussi

Un message positif

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents