Dossier : SNCF : Au bord de la falaise libérale

SNCF : les surprises de la concurrence

Pour faciliter l’entrée d’opérateurs privés sur le marché français du ferroviaire, les autorités du secteur ont prévu une série de coups de pouce.

Le processus est enclenché. Les premières démarches ont été lancées pour les appels d’offres sur les lignes régionales, afin que des trains privés circulent à partir de 2021. Les fortes différences d’une région à l’autre reflètent le caractère politique du dossier lors de cette première phase d’ouverture à la concurrence. La région des Hauts-de-France, présidée par Xavier Bertrand, en conflit avec la SNCF, prépare ainsi les bases d’une bascule totale de son réseau, alors que d’autres, comme la Bretagne, veulent garder jalousement leurs petites lignes, les dessertes TGV et la logique de service public. Le processus d’appels d’offres ouvert deviendra néanmoins obligatoire à compter de 2023. Les régions les plus attachées à l’opérateur historique pourront renouveler leur convention une dernière fois avant cette date, pour une durée de dix ans.

Les « trains d’équilibre du territoire », autrefois appelés Corail, suivent la même procédure mais sont pilotés par l’État, tandis que les grandes lignes seront offertes à la concurrence en « frontal » à partir de 2020. Chaque sillon pourra aller à des entreprises ferroviaires privées, s’agissant dans la plupart des cas de filiales d’entreprises historiques de nos voisins allemand (Deutsche Bahn), italien (Thello, filiale de Trenitalia) ou espagnol (la Renfe). La SNCF a commencé à occuper le terrain en organisant sa propre concurrence via la filiale Ouigo, qui devrait représenter 25 % des circulations en 2020 et pourrait occuper les sillons les plus convoités pour empêcher les entreprises étrangères de s’y installer, en cassant les prix. Les meilleurs sillons pourraient donc, au moins dans un premier temps, basculer en low cost, ce qui fragilisera financièrement SNCF voyages et limitera sa capacité à organiser une péréquation permettant de financer les dessertes les moins rentables par des tarifs plus élevés sur les lignes convoitées.

© Politis

Les discussions sont âpres également sur le prix des sillons. Chaque train qui passe s’acquitte en effet d’un péage, facturé par SNCF Réseau, qui entretient les voies. Un document publié par ce dernier prévoit des tarifs préférentiels pour les nouveaux entrants afin de soutenir artificiellement la concurrence. La SNCF devra donc être actrice d’une concurrence déloyale aux dépens d’une filiale du même groupe.

Il reste 50% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents