Déconstruire les regards sur les corps colonisés

Après Sexe, race et colonies, un collectif de chercheurs poursuit l’exploration des hiérarchies sexuelles et raciales héritées des empires européens.

Il y a un peu plus d’un an, Politis consacrait un dossier au douloureux – et honteux – héritage de la colonisation sur la domination des corps, à l’occasion de la parution du livre Sexe, race et colonies (1). Événement éditorial, celui-ci montrait, à travers un échantillon de mille deux cents images, comment le fait colonial ne fut pas seulement une exploitation presque sans bornes des ressources naturelles et du travail des populations conquises et asservies, mais fabriqua également une représentation…

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents