Les échos de la semaine

L'œil de Politis sur l'actualité de la semaine, en bref.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


#EnaZeda : Les Tunisiennes contre les violences

Une législation existe, la « loi 58 », dite loi intégrale contre les violences faites aux femmes, depuis 2017. Mais les Tunisiennes s’impatientent de la voir vraiment appliquée. « À bas le patriarcat », proclamaient certaines pancartes lors de la manifestation du 30 novembre à Tunis. Le mouvement #EnaZeda (le #Metoo local) a libéré la parole, mais la politique suit lentement (aucun budget prévu dans la loi de finances), même si six centres d’hébergement ont ouvert, pouvant accueillir 900 femmes. Le combat est bien culturel : si les plaintes pour violences conjugales ont explosé (40 000 depuis 2018), les mentalités machistes s’exacerbent aussi. Pour preuve, le rappeur Klay BBJ, qui a appelé au viol d’une chroniqueuse télé dans une chanson : son arrestation a déclenché une vague de soutiens masculins…

Les excuses de Charlie

La mort de militaires au Mali n’a pas manqué d’inspirer Biche, signant pour Charlie Hebdo des dessins détournant les affiches de recrutement de l’armée de terre. « J’ai rejoint les rangs pour sortir du lot », commente l’un d’eux, représentant un cercueil enveloppé du drapeau tricolore. Chef d’état-major de l’armée de terre, Thierry Burkhard a exprimé sa « profonde indignation ». Directeur du journal, Riss (blessé lors de l’attaque de 2015) a dû se fendre d’un communiqué : « Notre journal se doit de rester fidèle à son esprit satirique », avant de se dire « conscient de l’importance du travail effectué par les soldats français pour lutter contre le terrorisme ». À une autre époque, Siné aurait ajouté un bras d’honneur.

Fraude fiscale : l’État coupable

Saisie en mai par le Premier ministre, qui lui demandait de chiffrer la fraude fiscale, la Cour des comptes s’est dite incapable de « produire une évaluation robuste dans un délai aussi court ». Son rapport, publié le 2 décembre, est en revanche sévère pour l’État, dont l’action est jugée insuffisante : les sommes recouvrées ont baissé de 22 % entre 2013 et 2018, passant de 10 à 7,8 milliards d’euros, et sont désormais 2,5 fois moindres qu’en Allemagne. Les magistrats de la rue Cambon incriminent une impulsion inter-ministérielle « modeste », une adaptation « trop lente » des administrations aux nouveaux outils de lutte contre la fraude, un effort de formation « insuffisant », une diminution des contrôles sur place, ainsi qu’une justice à la fois trop lente et trop clémente. L’efficacité dans la lutte contre la fraude aux cotisations sociales, dont le manque à gagner est au moins de 8,5 milliards d’euros en 2018, est également tancée. Il faudrait « une volonté politique claire », conclut le rapport. C’est bien ce qui fait défaut au gouvernement.

Malte : Justice pour Daphne

Joseph Muscat, Premier ministre travailliste depuis 2013, peut se targuer d’excellents résultats économiques pour Malte. Mais il restera aussi dans l’histoire associé aux scandales (« Panama Papers », corruption, vente de passeports de complaisance, blanchiment d’argent…), dénoncés méticuleusement par la journaliste Daphne Caruana Galizia.

La blogueuse a été assassinée le 16 octobre 2017, dans l’explosion de sa voiture. Acculé, Muscat a annoncé la fin de son règne pour le 12 janvier. Car, le 20 novembre, la justice a arrêté et inculpé de complicité de meurtre le puissant homme d’affaires Yorgen Fenech, lequel accuse Keith Schembri, chef de cabinet et ami personnel de Muscat, d’être le commanditaire de l’assassinat… C’est le Projet Daphne, réseau de journalistes internationaux constitué pour continuer le travail de la journaliste, qui a permis les avancées de la justice.

Uber : Agressions sexuelles en série

Tout commence le 17 novembre à Strasbourg. Une étudiante, agressée sexuellement par un chauffeur, alerte la plateforme Uber et poste sa photo sur Twitter. L’homme est reconnu par une autre Strasbourgeoise qui l’avait signalé pour des faits similaires… deux ans plus tôt. Leurs témoignages sont publiés sur le compte Instagram d’Anna Toumazoff (31 000 abonnés) et trouvent un écho national sur la Toile, où un appel au boycott est lancé, #UberCestOver. Des centaines de femmes racontent : viols, agressions sexuelles, harcèlements, séquestrations… Appelé à réagir et à prendre des mesures pour garantir la sécurité des passagères, Uber a assuré au journal Le Monde prendre la situation au sérieux : « À chaque signalement grave, le compte du chauffeur est suspendu […] le temps de l’enquête. » De quoi rassurer les dizaines de milliers de femmes qui utilisent l’application, justement pour se sentir en sécurité…

Sida : En souvenir de Cleews Vellay

On n’est jamais contentE à Act Up ! Or, on devrait l’être, même si l’on vient de défiler à travers Paris, une fois de plus, ce 1er décembre, Journée mondiale de lutte contre le sida. On devrait l’être, car les chiffres ne sont pas totalement catastrophiques, pour l’une des premières fois depuis 40 ans environ. Ils demeurent terribles, puisqu’un million de personnes sont mortes du sida en 2018. Toutefois, selon l’Onusida, en 2019, les contaminations au VIH ont diminué de 40 % par rapport au pic de 1997, et de 16 % par rapport à l’année 2010. Et les décès liés au sida ont été réduits de 56 % par rapport à l’année 2004.

Il reste unE mortE, parmi ces millions, que la mairie de Paris a honoréE, à la veille de ce 1er décembre : Cleews Vellay, militantE infatigable, héroïque et extravagantE, deuxième présidentE d’Act Up-Paris, décédéE du sida le 18 octobre 1994. Un espace piétonnier porte désormais son nom. Drôle de renversement de l’histoire, quand on se souvient comment la mairie de Paris chiraquienne traitait les militantEs d’Act Up-Paris…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents