Retraites : un tissu de mensonges

L’accord conclu entre le gouvernement et la CFDT ne change pas la teneur de la réforme des retraites et n’altère pas l’unité syndicale contre le projet.

Rien n’y fait. Le « compromis de sortie de crise » annoncé par le Premier ministre ne prend pas. Malgré la joie un brin surjouée de la CFDT, qui s’arroge cette « victoire », et une mise en scène soignée, au terme d’une semaine de négociation et au 38e jour d’une grève éprouvante.

La liste est longue, des renoncements et des mensonges que le syndicat « réformiste » aura dû essuyer pour se sortir vainqueur de ce qui pourrait bien être en réalité sa défaite. Car malgré ses efforts considérables pour négocier, le gouvernement n’a en réalité rien cédé. D’une part, le retrait de « l’âge pivot » annoncé ne concerne que la mesure immédiate d’économie qui devait entrer en vigueur à partir de 2022, en attendant la mise sur orbite du système à points. Le projet de réforme systémique, lui, comporte bien un « âge d’équilibre » avant lequel les Français subiront une décote de 5 % par année. Ce vrai-faux retrait est également conditionné à l’éclosion d’un compromis entre les syndicats et le patronat, dès le mois d’avril, lors de la conférence de financement.

Il reste 73% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Boiron : les salariés s’estiment victimes des mauvais choix de l’entreprise

Éco/Social accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents