Les échos de la semaine

L'œil de Politis sur l'actualité de la semaine, en bref.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Villes et villages : Un classement orienté

Le Journal du dimanche (19 janvier) a publié un classement des « villes et villages où il fait bon vivre » surprenant. D’abord parce qu’à deux mois des municipales ce classement, dont c’est la première édition, est établi sur une méthodologie d’apparence objective mais néanmoins discutable. 182 critères officiels fournis par l’Insee ou des organismes étatiques ont été pris en compte dans huit catégories de données, nous dit-on.

Ces dernières ont été pondérées en fonction d’un sondage sur les priorités des Français qui aboutit à accorder beaucoup plus de poids aux indicateurs de sécurité qu’à ceux de la solidarité. Résultat : le palmarès fait la part belle aux mairies de droite, singulièrement en Île-de-France où sept villes des Hauts-de-Seine figurent au top 50 des villes de plus de 2 000 habitants. Courbevoie (31e), Colombes (33e), Levallois-Perret (34e), Clichy (36e), Boulogne-Billancourt (38e) et Nanterre (40e) seraient même les villes les plus agréables de la région capitale. Créée en 2017, l’association à qui l’on doit ce palmarès est présidée par Thierry Saussez, qui s’est longtemps occupé de la communication du RPR, de l’UMP et du gouvernement sous Sarko. Ceci explique sans doute cela.

Les saisonniers demandent la vérité

Un an jour pour jour après l’incendie criminel qui a fait deux morts et 24 blessés parmi les saisonniers de Courchevel, une marche blanche s’est tenue le 20 janvier dans la station savoyarde. Le procureur n’a toujours pas saisi de juge d’instruction sur le volet de l’enquête concernant la sécurité du bâtiment, ce qui tient les victimes à l’écart de toute information.

Rui Pinto, lanceur d’alerte, en prison

Il avait révélé des affaires financières d’ampleur dans le milieu du football, provoquant, entre autres, la condamnation pour fraude fiscale du quintuple ballon d’or Cristiano Ronaldo. À l’origine des Football Leaks, publiés notamment par Mediapart, le lanceur d’alerte portugais Rui Pinto devra comparaître devant le tribunal correctionnel. Accusé de 90 délits, il risque 25 ans de prison. Mieux vaut être fraudeur que lanceur d’alerte…

Liban : Au bord du chaos

Le mouvement qui secoue le Liban depuis le 17 octobre bascule dans la violence. Le bilan s’élevait le 20 janvier à plus de 500 personnes blessées. Une répression souvent aveugle frappe une population en proie à la pénurie. Les retraits d’argent auprès des banques sont de plus en plus difficiles. Et 50 % de la population est au bord ou sous le seuil de pauvreté. Cette situation résulte de l’incapacité de la classe politique à former un gouvernement qui réponde aux revendications de la rue. « Cela fait plus de trois mois que l’on réclame la formation d’un gouvernement composé de technocrates et d’indépendants capables de travailler dans l’intérêt du pays », proteste Perla Joe, l’une des figures de la contestation, interrogée par France 24. Ce mouvement ébranle l’organisation confessionnelle du pays, et met en cause toutes les forces politiques, chrétiennes, sunnites et chiites, accusées de corruption.

Logement : Les « mauvais payeurs » bientôt fichés

Trois mois de retard ou plus dans le règlement de votre loyer ? Bienvenue sur la liste des locataires mauvais payeurs que concocte la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim) pour 2021. « Pas une liste noire, mais une liste blanche ! », promet Jean-Marc Torrollion, le président de la Fnaim au micro d’Europe 1, qui détaille également l’objectif de cette démarche à l’AFP : « Instaurer une présomption de confiance à l’égard des locataires, avoir une nouvelle fluidité dans l’approche du parc privé locatif géré par les professionnels et avoir une totale transparence. » Un discours bien ficelé qui ne rassure guère. Du secrétaire d’État au Logement aux associations de locataires et de consommateurs, les voix s’élèvent pour dénoncer cette « stigmatisation ». Et si ce répertoire des mauvais·es élèves ne devrait être consultable que par les organismes professionnels (administration de biens, assurances et agences immobilières), des questions subsistent : quelles données seront traitées et utilisées notamment en cas d’homonymie ? Quand le nom de la personne fichée sera-t-il supprimé ? Pas encore officiellement consultée, la Cnil devra trancher.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents