Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Brésil : Bolsonaro, la destitution par le virus ?

Enfin ! Les appels à l’« impeachment » se multiplient au Brésil devant l’inimaginable inconséquence de Bolsonaro face à la crise du coronavirus. Grand propagateur de fausses nouvelles et de vérités auto-proclamées, le président nie la pandémie désormais, tout comme le dérèglement climatique et d’autres faits établis. Il continue à prendre des bains de foule, contredit les consignes de son ministère de la Santé, qualifie le Covid-19 de « petite grippe », etc.

C’en est trop pour une part grandissante de ses soutiens, notamment au sein de l’élite, qui voit la catastrophe économique se profiler derrière le drame sanitaire et social. Jusqu’à présent, les velléités de démettre Bolsonaro se sont heurtées à sa popularité, maintenue au-dessus de 30 % par un socle stable, rendant improbable la bascule du ventre mou du Congrès du côté de la rébellion. Mais le virus vient peut-être de faire sauter le verrou.

Les deux tiers de l’opinion désapprouvent la gestion de la crise par le Président. Le soir, le pays résonne de concerts de casseroles. C’est la tradition populaire du cacerolazo en Argentine, pour chasser du pouvoir des dirigeants en disgrâce.

Hommage : Le philosophe marxiste Lucien Sève fauché par le Covid-19

Certains diront qu’il fut le type même de « l’intellectuel organique » du PCF. Parmi les premières personnalités françaises à mourir du Covid-19, Lucien Sève a succombé lundi 23 mars à 93 ans. Normalien et agrégé de philosophie, il a payé son engagement communiste par une carrière limitée par l’Éducation nationale. Mais toute sa vie aura été celle d’un engagement sans faille et d’une réflexion poussée en faveur de la pensée communiste. Militant infatigable dès sa jeunesse, il entre au Comité central en 1961, puis dans l’équipe de la très rigide revue La Nouvelle Critique, avant de diriger les Éditions sociales en 1970. Adoubé par la direction, il défend alors une « conception marxienne de l’individu », dans une posture théorique critique des deux autres grands philosophes du Parti, à équidistance de l’humanisme de Roger Garaudy et du structuralisme de Louis Althusser. Mais il faut souligner aussi ses efforts pour la déstalinisation du communisme français, tout en s’attachant à remettre Marx sur ses pieds, au cœur d’une pensée progressiste pour le XXe siècle. Il laisse une œuvre imposante, à redécouvrir.

Roland Marchal libéré, pas Fariba Adelkhah

Le chercheur Roland Marchal, prisonnier en Iran depuis juin 2019, sous l’accusation ridicule d’espionnage, a été libéré le 20 mars en échange de l’ingénieur iranien Jalal Rohollahnejad, accusé par Washington d’avoir livré à Téhéran du matériel technologique, et détenu en France depuis un an. Marchal a sans doute aussi bénéficié de la libération de milliers de prisonniers par un pouvoir très critiqué pour sa gestion de la pandémie de Covid-19, particulièrement meurtrière dans le pays. Ce qui suscite les plus vives inquiétudes pour la compagne de Roland Marchal, la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah, toujours dans les geôles iraniennes.

États-Unis : Le paradoxe Sanders

L’ancien vice-président de Barack Obama, Joe Biden, est en passe de remporter les primaires démocrates, malgré la campagne tonique de Bernie Sanders, dont le programme radical séduit de nombreux jeunes. Pourtant, il est probable que les ravages du Covid-19 vont donner raison au second plutôt qu’au premier. Biden est préféré parce que plus centriste, donc plus à même de battre Trump. Mais le -Président risque d’atteindre des sommets d’impopularité d’ici quelques semaines. D’abord à cause de sa gestion calamiteuse, voire dangereuse, de l’épidémie, qui va lui revenir comme un boomerang. Et aussi parce que son principal argument de réélection, une économie florissante, va s’étioler à mesure que les États-Unis s’enfoncent dans la crise sanitaire. Et puis Sanders verra son principal argument de campagne illustré par le coronavirus, qui montrera la faiblesse du système de santé états-unien, injuste et sous-dimensionné.

Marine Le Pen ne manque pas d’air

Dans l’examen de la loi d’urgence pour faire face à l’épidémie de Covid-19, la présidente du RN a demandé un abaissement « de la barre des 5 % pour avoir accès au remboursement des frais de campagne du fait des circonstances exceptionnelles de déroulement de cette élection ». Réclamer du fric pour son parti quand la France est bloquée et les hôpitaux saturés, il fallait oser !

Climat : Les rois du pétrole

Le rapport Banking On Climate Change 2020 (en pdf sur ran.org) révèle que les banques internationales ont accordé près de 2 700 milliards de dollars de financements aux énergies fossiles depuis l’adoption de l’accord de Paris en 2015. Un montant en constante hausse…

Les prêts et les émissions d’actions et d’obligations de plus de deux mille entreprises du secteur du charbon, du pétrole et du gaz sur la période 2016-2019 ont été scrutés par plusieurs ONG (Reclaim Finance, Rainforest Action Network, BankTrack, Indigenous Environmental Network, Oil Change International, Sierra Club, etc.). Il apparaît que BNP -Paribas est le 3e plus gros financeur en termes d’énergies fossiles (+ 72 % de ses financements entre 2018 et 2019). Cocorico…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents