Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Chine : Des doutes sur le nombre de morts

Nombre de médecins et d’anonymes chinois contestent le chiffre officiel donné par Pékin de 2 535 morts dus à l’épidémie, principalement à Wuhan (11 millions d’habitants), la capitale du Hubei considérée comme le point de départ mondial de l’épidémie. Des doutes étaient déjà apparus lorsque l’on a annoncé que le nombre de morts en Italie ou en Espagne avait dépassé celui de la Chine et son milliard et demi d’habitants.

Or, comme en France, seuls les décès à l’hôpital sont comptabilisés au titre de l’épidémie. De nombreux patients à Wuhan auraient ainsi été renvoyés chez eux à la veille du 10 mars, jour de la visite (en fanfare) de Xi Jinping – qui se félicita alors de l’efficacité de la gestion chinoise de cette crise sanitaire.

Or, selon le magazine économique chinois d’investigation Caixin, des camions ont livré, du moins les 25 et 26 mars, environ 2 500 urnes funéraires chaque jour dans l’un des sept crématoriums de Wuhan. Et, alors que la Fête des morts chinoise est prévue le 5 avril, de longues files d’attente, parfois pour plus de six heures, se sont formées devant ces bâtiments pour, selon la tradition, récupérer les cendres des proches…

Chloroquine : La méthode cathodique

C’est donc ainsi que se mènent dorénavant les débats scientifiques ! Le clown du PAF Cyril Hanouna organisait le 30 mars sur C8, depuis son canapé, une « émission spéciale » intitulée « Didier Raoult et la chloroquine peuvent-ils sauver le monde ? », en compagnie d’experts reconnus, comme Jean-Marie Bigard, Benjamin Castaldi et Éric Naulleau. L’ex-ministre de la Santé – et membre de la Fondation de l’IHU de Marseille –, Philippe Douste-Blazy, y a défendu le traitement proposé par ce même institut, hors de tout essai clinique. En revanche, un médecin critique, Marcel Ichou, a provoqué l’ire d’un autre pitre, Rémi Gaillard, fervent adorateur de Raoult, qui a publié sur Twitter le numéro de ce généraliste parisien, appelant ses 350 000 abonnés à lui demander « une consultation ». C’est ce qu’on appelle une revue par les paires !

Maduro mis à prix

Si Donald Trump semble tenter d’ignorer le coronavirus, il n’oublie pas ses obsessions vis-à-vis du Venezuela. Le département de la Justice à Washington a ainsi lancé, le 26 mars, un mandat d’arrêt contre Nicolas Maduro et tous les membres de l’exécutif vénézuélien, accusés de « narcoterrorisme » (pour leurs liens supposés avec la guérilla des Farc colombiens). Avec une récompense (très « western ») de 15 millions de dollars pour Maduro, et 10 millions par membre de son gouvernement…

Portugal : Lisbonne régularise ses immigrés « pour les protéger » !

Cette décision pourrait sembler incongrue, comparée aux détestables pratiques françaises en matière d’immigration et de droits (bafoués) au séjour. Alors que le Portugal n’a pour l’instant recensé « que » cent morts et un peu plus de 5 000 cas de contaminations, son gouvernement (essentiellement socialiste) a pris la mesure, exceptionnelle, aussi généreuse que rationnelle, de régulariser temporairement les immigrés « en attente de titres de séjour, ainsi que les demandeurs d’asile ». Car, en ces temps de confinement et parfois de méfiance vis-à-vis des étrangers, « les droits des immigrés doivent être garantis », selon Claudia Veloso. Et la porte-parole du ministère des Affaires étrangères d’ajouter : « Les gens ne devraient pas être privés de leurs droits à la santé et au service public simplement parce que leur demande n’a pas encore été traitée »

Gaza entre épidémie et blocus

Le 27 mars sont apparus les premiers cas recensés de Covid-19 dans la bande de Gaza. Mais l’enclave palestinienne cumule tous les facteurs de risque pour un désastre imminent. Avec 2 millions d’habitants sur une étroite bande de 40 km, Gaza a la plus forte densité urbaine au monde. La population est recluse depuis treize ans en raison du blocus imposé par Israël. Et les structures sanitaires sont sinistrées. « L’épidémie va se répandre comme un incendie : Gaza sera un enfer sur terre », prévoit Matthias Schmale, directeur local de l’Agence des nations unies pour les réfugiés. Le quotidien israélien de centre gauche Ha’aretz a ouvert le débat de la responsabilité morale d’Israël.

Laïcité : Un bricolage peu scientifique

Le conseil scientifique institué par Emmanuel Macron pour « éclairer la décision publique » ne se contente pas de fournir un avis sur le confinement, le matériel indispensable, la médecine de ville ou la santé psychique de la population. Son « avis » du 23 mars estime « le “soin pastoral” (...) essentiel dans toute réponse à une crise épidémique ». Il « recommande » donc d’« accompagner la création d’une permanence téléphonique nationale d’accompagnement spirituel inter-cultes », assurée par des « écoutants sélectionnés, proposés et pris en charge par chacun des cultes ». On peine à voir ce qu’a de « scientifique » cette recommandation ; elle apparaît en outre incongrue dans une république laïque.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents