Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


violences policières : Camélia Jordana contre Castaner

« Je ne me sens pas en sécurité face à un flic en France » : une phrase qu’on peut lire à l’occasion dans Politis, mais qu’on entend beaucoup plus rarement sur le plateau de l’émission « On n’est pas couché » (France 2, samedi 23 mai). Dans un débat avec l’écrivain macroniste Philippe Besson, Camélia Jordana a dénoncé la récurrence des violences policières envers les personnes racisées. La polémique a rapidement dépassé les réseaux sociaux, jusqu’à la place Beauvau. Sur Twitter, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a dénoncé des propos « mensongers et honteux ». Dans la foulée, le syndicat de police Alliance a annoncé saisir le procureur de la République. Pour soutenir la chanteuse et actrice face au tombereau d’insultes qu’elle subit depuis, le hashtag #MoiAussiJaiPeurDevantLaPolice a été lancé. 

De son côté, Camélia Jordana s’est félicitée de relancer ce débat public. Pour le moment à sens unique.

Espagne : L’extrême droite déconfine

Mesures de confinement obligent, c’est dans leurs voitures que des milliers d’Espagnol·es ont répondu à l’appel aux manifestations du parti d’extrême droite Vox, drapeaux nationaux et à l’effigie de la troisième force parlementaire brandis par les vitres. En cause, pour les manifestant·es, la politique du gouvernement de coalition de gauche de Pedro Sanchez, jugée attentatoire aux libertés et inefficace dans la gestion de la crise sanitaire. L’état d’alerte, dont la prolongation jusqu’au 7 juin a été votée par les député·es mercredi 20 mai, a mis le feu aux poudres. Le gouvernement « a été incapable de protéger son peuple, ses anciens et ses soignants », estime Santiago Abascal, leader de Vox. Il exige la démission du chef du gouvernement. Lundi, les mesures de confinement ont été allégées en Espagne, avec la réouverture des parcs et terrasses. Le pays déplore plus de 28 000 morts du virus.

« Bella ciao »  à la mosquée

Pirater le système d’appel à la prière des mosquées pour diffuser un hymne antifasciste, il fallait y penser. Le pouvoir islamo-conservateur turc s’est étranglé après que les mosquées d’Izmir ont diffusé « Bella ciao », chant des partisans italiens. Le parquet a promis non seulement de punir les coupables, mais aussi tout individu qui se serait gaussé de l’incident sur les réseaux sociaux.

Santé : Traitement d’urgence pour l’hôpital public

« Ce que nous craignions tous est advenu : un cataclysme. L’épidémie s’est abattue sur la nation, plaçant l’hôpital public, fragile, démuni, désossé, en première ligne. » À la veille du « Ségur de la santé », un collectif de soignants a adressé une piqûre de rappel à Emmanuel Macron sur la situation.

Dans les pages de Libération, le collectif Les Jours heureux assortit sa missive de propositions pour une refondation du système de santé, étroitement liées au développement de cinq services publics. Avant toute chose, les signataires appellent l’exécutif à prendre six mesures en urgence « pour que notre système de santé puisse tenir dans la durée ». Parmi elles, l’augmentation du budget de la santé, l’embauche et la formation de soignants ou encore le vote d’une loi de démocratie sanitaire qui conduirait à limiter la place de la tarification à l’acte (T2A) et à repenser la gouvernance de l’hôpital.

Dans le même temps, le gouvernement a amorcé, lundi 25 mai, une concertation de sept semaines visant à améliorer les conditions de travail des personnels soignants, leurs rémunérations et la prise en charge des malades.

Martinique : Schoelcher ne fait plus consensus

Deux statues de Victor Schœlcher, l’homme qui a décrété l’abolition de l’esclavage en 1848, ont été détruites par des manifestants à Fort-de-France, le 22 mai, jour de commémoration de l’abolition de l’esclavage en Martinique. L’action a été revendiquée par des activistes opposés à l’héritage colonial et se présentant comme anti-békés (descendants des premiers colons européens). Relayée sur les réseaux sociaux, la chute des deux statues a été largement condamnée par la sphère politique. Dans un communiqué, les manifestants ont déclaré : « Schœlcher n’est pas notre sauveur. » Selon eux, les hommages rendus à l’homme politique empêchent la reconnaissance des héros locaux de l’abolition. Notamment celle des esclaves qui s’étaient rebellés contre les colons lors de journées d’émeute en mai 1848.

Afrique : Le franc CFA évolue

Une étape symbolique a débuté le 20 mai avec l’adoption en Conseil des ministres d’un projet de transformation du franc CFA pour 8 pays d’Afrique de l’Ouest (six pays d’Afrique centrale continueront de l’utiliser). La monnaie, qui désignait à l’origine les « colonies françaises d’Afrique », devrait être requalifiée « éco », et la France se retire de ses instances dirigeantes. L’obligation de conserver la moitié de ses réserves de changes au Trésor français, vieil héritage colonial, est aussi levée. La parité de cette monnaie avec l’euro demeure en revanche, ce qui continuera de pénaliser les exportations et l’industrie africaines. En répondant à une partie des critiques, la France espère garder un rôle de garant dans le projet de monnaie commune que les États ouest-africains nourrissent à long terme, qui devait déjà s’appeler éco. Au risque de le faire capoter ?

Le groupe LREM se délite

Dans une Assemblée nationale affaiblie, c’est un dixième groupe parlementaire qui est né le 26 mai, avec 17 député·es du flanc droit de la macronie. Pas dissidents, puisqu’ils veulent « être un pilier de la majorité ». Le groupe LREM, 310 élu·es en 2017, tombe à 281. L’hémicycle compte maintenant 6 groupes macronistes et ex-macronistes. Un délitement qui rend encore plus illisible la représentation nationale.

Énième report pour la loi PMA

Elle devait être votée avant l’été. La loi très attendue sur la PMA pour toutes les femmes est à nouveau renvoyée aux calendes grecques. La priorité est donnée à l’examen de mesures pour répondre à la crise du Covid-19, explique la majorité. Sur LCI, le 21 mai, le chef du groupe LREM à l’Assemblée, Gilles Le Gendre, disait espérer un vote « d’ici la fin du quinquennat », laissant en suspens la promesse de campagne du candidat Macron.

Première édile transgenre

Écharpe tricolore et moment historique ce 23 mai à Tilloy-lez-Marchiennes, village nordiste de 550 âmes, pour Marie Cau. Plébiscitée à 60 % des voix au premier tour des municipales, elle serait la première femme transgenre élue maire, selon l’Association nationale transgenre (ANT). Citée par l’AFP, Mme Cau se dit « pas militante » et précise avoir été « élue sur un programme ». En attendant désormais « le jour où ce sera devenu un non-évènement ».

Joe Biden dérape raciste

« Si vous hésitez à voter entre Donald Trump et moi, alors vous n’êtes pas noir. » Même s’il est connu pour gaffer, il est difficile de comprendre comment une telle énormité a pu sortir de la bouche du candidat démocrate Joe Biden. Les Afro-Américains soutiennent massivement l’ex-vice-président d’Obama, mais cette sortie méprisante et raciste risque de laisser des traces dans l’opinion, en dépit d’un rétropédalage contrit quelques heures plus tard.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents