Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Municipales : Fragile victoire du Printemps marseillais

Il aura fallu 9 heures, d’âpres négociations, des emportements et beaucoup de compromis pour qu’enfin le Printemps marseillais décroche la mairie de Marseille. La formation verte, rose, rouge mâtinée de citoyens a enfin réussi son pari et Michèle Rubirola, dissidente EELV, est devenue, le samedi 4 juillet, la première femme maire de Marseille. Elle arrache la ville à la droite au terme de vingt-cinq ans sans partage. Voilà pour les bonnes nouvelles. Car, dans les faits, c’est une fragile victoire face à la droite et à l’extrême droite. Mais aussi face à la candidate des quartiers nord et ancienne socialiste Samia Ghali. La sénatrice, qui disposait de 8 voix pour l’élection au conseil municipal, s’est désistée à la dernière minute et a vendu chèrement sa peau. Sans obtenir le poste de première adjointe qu’elle réclamait, Samia Ghali a toutefois réussi à placer 4 de ses proches dans l’équipe municipale et à s’arroger la place de deuxième adjointe, derrière le socialiste Benoît Payan. Les attributions des uns et des autres seront connues dans la semaine, mais sa courte majorité risque de contraindre Michèle Rubirola à négocier sans relâche durant les 6 ans de mandat qui l’attendent.

Hongkong : Pékin traque les livres « déviants »

C’est une des conséquences de la nouvelle loi « sur la sécurité nationale », adoptée tout récemment par Pékin pour mettre au pas le mouvement démocrate à Hongkong. Après les nombreuses arrestations de militants, dont ceux « coupables » d’être simplement en possession de symboles en faveur d’une plus grande autonomie de l’ancienne possession britannique rétrocédée à la Chine en 1997, le gouvernement de Hongkong (pro-Pékin) a ordonné lundi 6 juillet aux écoles de retirer les livres susceptibles de violer cette nouvelle loi liberticide, censée « lutter contre la subversion, la sécession, le terrorisme et la collusion avec les forces étrangères » (sic). Les écoles doivent maintenant « examiner le matériel pédagogique, y compris les livres » et les « retirer si [elles] y trouvent des contenus périmés ou pouvant s’apparenter aux quatre types d’infractions définies par la loi sur la sécurité nationale ». La même directive a été imposée deux jours plus tôt à toutes les bibliothèques. Désormais, même les écrits sont visés, comme dans tout régime totalitaire…

Associations : Donner n’est pas jouer

La « philanthropie à la française » inquiète le collectif des associations citoyennes (CAC). L’organisation, qui n’a de cesse de dénoncer les baisses de subventions aux associations, a vivement réagi aux 35 propositions des députées Sarah El Haïry (Modem) et Naïma Moutchou (LREM), remises il y a un mois sur commande de Matignon. Le rapport propose notamment des exonérations fiscales pour encourager les dons aux fondations et prône le financement de projets par appels d’offres, dans une logique de marché qui fragilise les plus petites associations. « Le “philanthro-capitalisme” va aggraver la situation, dénonce le CAC, car les dons, qui ont tendance à diminuer, vont encore chuter » avec la crise du Covid-19. Les 35 propositions sont destinées à « s’inscrire dans les débats politiques et parlementaires » des prochains mois, indique le ministère de la Culture, sans qu’on sache si elles feront l’objet d’une loi.

Libre-échange : L’accord UE-Mercosur bien avancé

Emmanuel Macron a promis l’an dernier qu’il refuserait l’accord de libre-échange entre l’UE et le Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay) ; les parlements autrichien, wallon et néerlandais ont demandé son annulation… Pourtant, l’accord continue son chemin. Le 2 juillet, le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères saluait la fin des négociations des 2 chapitres manquant au traité, concernant la coopération réglementaire. L’accord entre ainsi en phase de ratification, ce qui devrait forcer Emmanuel Macron à sortir de l’ambiguïté. Lui qui laisse entendre que ce type d’accords seraient amendables, mais répète encore le 29 juin, devant la Convention citoyenne pour le climat, qu’il refuserait de signer avec des pays n’ayant pas ratifié l’accord de Paris pour le climat.

Un journaliste en prison ?

Le 8 décembre 2018, lors d’un rassemblement de gilets jaunes à Valence, le reporter Stéphane Trouille était intervenu contre deux personnes qui frappaient un manifestant, avant de s’apercevoir qu’ils étaient policiers (en civil). La cour d’appel de Grenoble l’a condamné à 8 mois de prison ferme, et une interdiction de manifester pendant 3 ans. Le journaliste étudie un recours devant la Cour européenne.

Le pari perdu des insoumis

La clôture de l’assemblée représentative de La France insoumise, qui s’est tenue la semaine dernière, a été l’occasion de tirer le bilan des élections municipales. Au cours d’un meeting en ligne, dimanche 5 juillet, le chef de file du mouvement, Jean-Luc Mélenchon, a reconnu à demi-mot que la stratégie de LFI d’appuyer des candidatures citoyennes et de se tenir à l’écart de la gauche et des écologistes n’avait pas « fonctionné ». Pas de quoi faire changer l’opinion du député de Marseille : pour les élections à venir, il a indiqué toujours privilégier « la clarté et l’intransigeance ». Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas.

Nouvelle soufflante pour la France

Suite à un nouveau recours déposé par Les Amis de la Terre, le Conseil d’État souffle à nouveau dans les bronches de l’État pour inaction en matière de protection de la qualité de l’air. Pire, il menace de s’attaquer sérieusement au portefeuille. Le rapporteur a proposé une « astreinte de 10 millions d’euros par semestre » si l’État ne respecte pas dans les six mois la décision du même Conseil d’État prise… Il y a trois ans ! L’objectif est précis : ramener les concentrations en dioxyde d’azote et en particules fines PM10 en dessous des valeurs limites réglementaires (40 µg/m³ en moyenne annuelle) sur l’ensemble du territoire. Selon les modes de calcul, la pollution de l’air est responsable chaque année de 48 000 à 67 000 décès prématurés en France… 

La justice tacle La Poste

Le tribunal de Nanterre a ordonné à La Poste des Hauts-de-Seine de renoncer à une réorganisation qui imposait un rythme normal à des postiers, malgré un sous-effectif de 20 % causé par le renvoi des intérimaires pendant le confinement. Le courrier sera distribué sur 4 jours en attendant les résultats d’une expertise demandée par les salariés. Selon SUD PTT 92, l’entreprise compte déjà une vingtaine de condamnations en lien avec la surcharge de travail.

Pas si « modique »

Comment définir un droit d’inscription « modique » à l’entrée à l’université, depuis que le Conseil constitutionnel a consacré, en octobre 2019, le principe de gratuité de l’enseignement supérieur public ? Pour le Conseil d’État, ce « modique » doit s’apprécier en fonction du coût des études, et non des capacités financières des étudiant·es ! Et donc valide les 3 770 euros demandés aux jeunes hors-UE pour s’inscrire en master, contre 243 pour les Européens…

L’offense faite à Floyd et Traoré

La fresque de Stains (93) représentant George Floyd et Adama Traoré a été vandalisée, dans la nuit du 4 juillet, par des graffitis visant à réduire Adama Traoré à un délinquant. Des syndicats policiers, Alliance en tête, avaient déjà manifesté le 22 juin contre l’œuvre pour exiger le retrait des mots « violences policières ». Il semble que des inconnus se soient chargés d’appuyer leur « requête ». Le maire de Stains a déposé plainte.


Haut de page

Voir aussi

La peste Zemmour

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.