Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Racisme : Y’a bon l’inconscient colonial…

Quand le naturel revient vite au galop… Dans une sortie sur le plateau de l’émission « Quotidien » sur TMC (groupe TF1), le 10 septembre, Nicolas Sarkozy, a regretté le fait (supposé) que l’on « ne peut plus rien dire aujourd’hui ». Il s’est alors lancé dans une étrange diatribe sur « nos élites qui sont comme les singes qui se pincent le nez ». Pour, de suite, s’interroger : « Mais a-t-on encore le droit de dire singe ? Car on ne peut plus rien dire aujourd’hui. Sans vouloir offenser personne. » Lui vint (soudain) à l’esprit le célèbre roman d’Agatha Christie, Les Dix Petits Nègres, dont un éditeur a récemment modifié le titre, lui ôtant le terme « nègres ». Tout sourire, l’ex-président a alors cru bon d’ajouter : « Car on doit dire maintenant Les Dix Petits Soldats, c’est bien cela ? Vraiment, elle progresse la société ! » Avant, dans un étonnant court-circuit intellectuel, de s’enferrer dans cette association d’idées entre singe et nègre…

Ceci advint au lendemain des déclarations de son disciple (revendiqué) Gérald Darmanin, depuis peu ministre de l’Intérieur, qui déplorait « l’ensauvagement de la société ». Un terme non équivoque, lui non plus… C’est sans aucun doute l’ex-garde des Sceaux Christiane Taubira qui a trouvé les mots justes pour leur répondre, s’appuyant sur une citation du poète résistant René Char : « Le mot ensauvagement en dit davantage sur le ministre de l’Intérieur qui l’utilise que sur les personnes qu’il prétend viser. Car c’est un mot de l’imaginaire colonial. […] Il est évident qu’il est travaillé par l’imaginaire colonial. Mais il est sans intérêt de parler de ces choses qui parlent en fait du ministre de l’Intérieur… »

Police : Malsains plaisirs

La vidéo est révoltante. Une militante de La France insoumise, empêchée de rejoindre la mobilisation des gilets jaunes, est verbalisée samedi 12 septembre de 135 euros pour « participation à une manifestation interdite ». Sa « participation » serait avérée, selon le fonctionnaire, parce qu’un tract dépasse de la poche arrière de son jean. L’arbitraire policier n’a plus de limite… Mais la préfecture semble parfois apprécier les vidéos, lorsqu’elles ne la gênent pas. Elle s’est ainsi vantée sur Twitter du « soutien », filmé par un fonctionnaire, de quelques riverains d’un beau quartier parisien, acclamant (courageusement) depuis leurs fenêtres l’avancée, en direction de la manif, des flics de la Brigade de répression de l’action violente (Brav), souvent pointée pour son extrême violence envers les manifestants. Sauf que l’on entend aussi, depuis les balcons haussmanniens, une adresse envoyée à ces successeurs des voltigeurs motorisés, de sinistre mémoire depuis Malik Oussekine : « Tuez-les ! »…

Environnement : Vers un droit des sols ?

Dans l’Aude, le Pas-de-Calais, la région parisienne ou la Bretagne, les vestiges industriels et miniers mettent en danger depuis plusieurs années l’environnement et la santé des riverains. Une commission d’enquête sénatoriale interpelle l’État et propose un plan d’action ambitieux : améliorer le diagnostic des sols ; respecter le droit à l’information et la transparence sur les risques sanitaires ; créer un fonds national de réhabilitation des sites et sols pollués ; établir un droit européen et national de la protection des sols. « S’ils sont trop souvent envisagés comme un bien exploitable soumis au droit de la propriété, les sols n’en restent pas moins une ressource naturelle qui n’est pas indéfiniment renouvelable et qu’il nous faut protéger », a déclaré Laurent Lafon, sénateur centriste du Val-de-Marne et président de la commission d’enquête.

Biélorussie : « Louka » sous la houlette russe

À Minsk, en proie aux manifestations monstres comme les autres villes du pays, Loukachenko aime à se montrer kalachnikov à la main. Nul doute qu’en allant rencontrer Poutine le 14 septembre à Sotchi il s’est plutôt agenouillé, pour implorer l’aide du seul qui pourrait sauver son fauteuil présidentiel. Le Russe ne lui a pas déroulé le tapis rouge : il tient plus à la Biélorussie qu’à son autocrate. Prudent, il attend, et ne dit pas grand-chose. Sa priorité, c’est de refuser toute évolution démocratique (potentiellement contagieuse), et en profiter pour accroître son emprise sur la république slave. Car la cheffe de l’opposition, Svetlana Tsikhanovskaïa, l’a prévenu : « Toutes les discussions que vous pourrez avoir et tous les accords que vous pourrez conclure avec un président illégitime n’auront aucune valeur légale et seront reconsidérés par le peuple biélorusse. »

Iran : Des contestataires exécutés

Navid Afkari a été exécuté par pendaison le 12 septembre. Le jeune lutteur de 27 ans, au palmarès national, avait été interpellé en août 2018 pour le meurtre d’un fonctionnaire au cours d’une manifestation antigouvernementale dans la ville de Chiraz. Il avait fini par « avouer » sous la torture afin d’épargner des représailles à sa famille, a-t-il clamé lors d’un procès qui l’a imperturbablement condamné à mort en dépit de témoignages discordants et -d’irrégularités de procédure. Une campagne internationale de protestation, à laquelle même le Comité olympique international s’est mêlé, n’a pas réussi à lui éviter la mort. Depuis des mois, le régime des ayatollahs durcit la répression contre les contestataires et les condamnations à la peine capitale se multiplient. Dans sa cellule, Navid Afkari a laissé un commentaire qui fait depuis florès en Iran : « Ils cherchent un cou pour leur corde. »

L’abandon des migrants de Lesbos

13 000 migrants livrés à eux-mêmes à Lesbos, en Grèce, après l’incendie qui a entièrement détruit le camp de Moria, et des gouvernements européens qui, la main sur le cœur, annoncent vouloir accueillir qui « 100 à 150 mineurs non accompagnés » (Allemagne), qui « une centaine » d’autres (France). Face aux images de désolation des tentes calcinées, on espérait que l’indécence et l’inhumanité de l’UE reculeraient. Non, c’est toujours le même égoïsme qui prévaut parmi les Vingt-Sept. Mais en Allemagne cette insensibilité passe mal, d’autant qu’au moins 25 000 places sont disponibles pour des réfugiés : 180 communes ont publiquement déclaré pouvoir en accueillir. Le 7 septembre, des ONG ont installé 13 000 chaises devant le Parlement. Vides.

Vivres coupés à Calais

Après une entrevue entre Gérald Darmanin et la maire LR de Calais, Natacha Bouchart, la préfecture a interdit jusqu’à fin septembre « toute distribution gratuite de boissons et denrées alimentaires dans une vingtaine de rues, quais, places du centre-ville pour mettre fin aux troubles à l’ordre public et limiter les risques sanitaires liés à des rassemblements non déclarés ». Seule l’association La Vie active, mandatée par l’État, serait autorisée à agir. Une nouvelle preuve du harcèlement envers les bénévoles et les migrants du Calaisis. Drôle de conception de la solidarité…

Mahamadou a-t-il sauté dans la Seine ?

Mahamadou Fofana s’est-il noyé en sautant dans la Seine pour échapper à des policiers, le 13 septembre à Bougival (Yvelines) ? C’est ce qu’ont affirmé les flics au Parisien, le présentant comme un « voleur présumé ». L’avocat de la famille le conteste : « Il y a des témoignages qui indiquent qu’il n’a pas sauté à l’eau. […]. » Mahamadou Fofana est le cousin germain d’Adama Traoré, mort en 2016 dans une gendarmerie.

Fallait oser…

« Les êtres humains sont des êtres de contact et Mengele a bien étudié ce que l’absence de toucher créait chez les bébés séparés de leurs mères » (sic) écrit, dans un tweet du 13 septembre, le collectif Laissons les médecins prescrire, l’un des principaux soutiens du professeur Raoult. Pour ce collectif co-fondé par la députée-psychiatre (ex-LREM) Martine Wonner, en croisade pour un traitement placébo et contre la « dictature sanitaire », quelle meilleure référence scientifique que le médecin-boucher d’Auschwitz ? Le lendemain, l’infectiologue marseillais mettait le rebond de l’épidémie sur « les mariages chez les Roms ou les fêtes dans la communauté juive ». C’est ce qu’on appelle le sens de l’à-propos…

On peut chanter « Jésus est pédé »

Parolier parodique, Frédéric Fromet avait chanté en début d’année, dans l’émission « Par Jupiter » sur France Inter, sur l’air de « Jésus, reviens », « Jésus est pédé », pastiche imaginant le Christ membre de la LGBT. Chanson inscrite ouvertement contre l’homophobie, qui avait déclenché un tollé auprès des lyriques droitiers et tradis catholiques. Saisi, le CSA a estimé que les propos tenus « n’excédaient pas les limites de la liberté d’expression ».

Hanotin en eaux privées

Tout juste élu maire de Saint-Denis et président de l’intercommunalité Plaine Commune (Seine-Saint-Denis), Mathieu Hanotin (PS) a fait voter le renouvellement de l’adhésion au Syndicat des eaux d’Île-de-France (Sedif), maqué avec Veolia. Une occasion manquée, pour les défenseurs de l’eau publique qui se battent depuis 2017, de sortir d’une gestion privée qui coûte cher.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.