Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Sciences sociales : Un air de maccarthysme

On se souvient des sorties de Jean-Michel Blanquer contre les « ravages » de « l’islamo-gauchisme », suivies de ses déclarations contre « les thèses intersectionnelles », supposées être « aux antipodes de notre modèle républicain », quand l’intersectionnalité ne fait que penser ensemble des rapports sociaux de domination trop souvent séparés. Ce sont maintenant plus largement les « dérives idéologiques dans les milieux universitaires » qui sont pointées du doigt, en particulier les sciences sociales. Deux députés de droite (LR), Julien Aubert et Damien Abad, ont ainsi adressé une demande au président de l’Assemblée nationale pour ouvrir une mission d’information parlementaire sur ces prétendues dérives. Il s’agit là d’une véritable demande de contrôle sur les objets de recherche des universitaires et autres intellectuels spécialistes en sciences sociales. Un professeur de droit à Paris-II-Assas, spécialiste des libertés universitaires, Olivier Beaud, difficilement soupçonnable de « dérives » gauchistes, a souligné dans Le Monde que « demander l’ouverture d’une enquête parlementaire sur ce qu’écrivent les universitaires ou sur leurs débats savants est inédit en France », mais, surtout, que « le seul précédent » en la matière avait eu lieu « aux États-Unis avec le sénateur McCarthy, de sinistre mémoire ». L’épisode est une énième alerte sur les tentations liberticides des droites, dans et hors le gouvernement.

Venezuela : Maduro a toutes les manettes en main

Alors que le gros de l’opposition appelait au boycott, le parti chaviste du président Nicolas Maduro a sans surprise remporté les législatives du 6 décembre, avec 68 % des voix et 69 % d’abstention. Dernier contre-pouvoir au gouvernement, le Parlement avait été enlevé par l’opposition en 2015, avec 71 % de participation. Mais il a été censuré en permanence, par la Cour suprême ou l’Assemblée constituante « souveraine » instaurée en 2017, institutions façonnées par Maduro. Cette « victoire » ne lui est cependant pas superflue. Son opposition est atomisée comme jamais, impuissante à renverser le pouvoir, en dépit de l’appui de Donald Trump et des tentatives de son chef de file, Juan Guaido, désormais ex-président du Parlement et autoproclamé président en 2019. Prochain objectif de Maduro : amadouer l’administration Biden, en présentant un semblant de normalité institutionnelle, pour une levée de l’embargo économique états-unien.

Covid-19 : Pour un droit de guérir

Le vaccin, bien commun ? Un petit groupe d’Européen·nes vient de lancer une Initiative citoyenne européenne (ICE) pour que les médicaments et vaccins contre le Covid-19 ne tombent pas sous le coup des droits de propriété intellectuelle aux mains de sociétés pharmaceutiques. L’opération nommée « Right2Cure » (right2cure.eu/fr) doit recueillir un million de signatures en un an dans les 27 États membres, afin de contraindre l’UE à examiner une réglementation favorable aux génériques. Cette mobilisation amplifie les pressions pour que les pays riches acceptent de lever les obstacles à la production massive et à la vente à prix abordable des vaccins et remèdes. L’OMC est agitée par d’importants débats depuis le dépôt d’une demande d’assouplissement par l’Afrique du Sud. Un vote sans grand suspense devait avoir lieu le 10 décembre. Le bras de fer ne fait que commencer.

Égypte : Macron célèbre Al-Sissi

Un cynisme clairement affiché : « Je ne conditionnerai pas notre coopération en matière de défense, comme en matière économique, à ces désaccords », a déclaré Emmanuel Macron à l’adresse des critiques qui dénoncent le tapis rouge déroulé le 7 décembre au dictateur égyptien Abdel Fattah Al-Sissi, champion des violations des droits humains dans son pays. Pas question donc de renoncer à y exporter des armes et du matériel de surveillance électronique, quand bien même ils seraient utilisés pour réprimer toute opposition, islamiste ou libérale. Félicitations plutôt pour « la relation exceptionnelle et amicale » entre Paris et Le Caire, « pôle de stabilité » dans la région. Bien utile aussi pour le Français dans le bras de fer engagé contre le Turc Erdogan, ennemi juré de l’Égyptien.

Sport : Le scandale des tests de féminité

Dans un monde sportif où la performance est asservie à la force et à la vitesse, on soupçonne les femmes présentant naturellement un taux « anormal » de testostérone, hormone masculine, d’être dopées ou transgenres. Ce qui conduit certaines fédérations à exiger d’elles des « tests de féminité » (à l’inverse, bien sûr, les tests de masculinité pour les hommes sont hors de propos). Une violation des droits humains, proclame Human Rights Watch dans un rapport : quelle base pour ces « normes » de féminité ? Et notamment ethnique, car les pays du Sud sont les plus visés. Discriminées et humiliées, ces athlètes subissent parfois des interventions médicamenteuses ou chirurgicales plus ou moins forcées afin de poursuivre leur carrière sportive, mettant en péril leur santé physique et psychique.

Moldavie : battus, les pro-Moscou se rebiffent

À deux semaines de son investiture, Maia Sandu, anti-corruption et pro-européenne, est déjà dans le vif du sujet : élue présidente, mi-novembre, à la surprise générale, elle subit les tentatives de sabotage du Parlement pro-russe, tenu par le sortant Igor Dodon, qui vient de voter plusieurs mesures limitant à son profit le pouvoir présidentiel. Le 6 décembre, une foule massive de plus de 20 000 personnes (considérable pour la Moldavie) est descendue dans les rues de la capitale Chisinau pour soutenir Maia Sandu et réclamer la démission immédiate du gouvernement et la dissolution du Parlement.

Fuite de documents à Flamanville

Des documents dévoilant l’ensemble de la sécurité de l’EPR de Flamanville ont circulé ces derniers jours. Pour Greenpeace, qui assure n’avoir rien entrepris pour récupérer ces documents, cette fuite « atteste de défaillances structurelles » : « Avec la multiplication des entreprises sous-traitantes, EDF ne maîtrise plus la circulation de l’information et donc la sécurité de ses installations. »

Victoire contre les « 1 000 vaches »

La « ferme des mille vaches » a annoncé l’arrêt de sa production de lait à partir du 1er janvier 2021 : « Le modèle était viable à mille vaches, mais nous n’avons pas pu l’exploiter en raison des oppositions. » En effet, les opposants n’ont jamais rien lâché, notamment l’association Novissen, pour qui cette victoire pourrait « donner courage à toutes les luttes en cours pour une véritable transition agricole ».

Angoisse de la page blanche

Pourquoi Salvini mérite confiance, respect et admiration : Alex Green, pseudonyme d’un auteur, a signé ce livre de 110 pages… blanches, parce que, « en dépit d’années de recherche, nous n’avons rien trouvé à dire sur ce sujet ». Il ne s’attendait sans doute pas à ce que son canular soit un tel succès : le bouquin est numéro un des ventes sur le site italien d’Amazon. On ne sait pas si le leader d’extrême droite l’a acheté.

Le profil de l’emploi ?

Nouveau secrétaire national aux élections du PS, Pierre Jouvet est notamment chargé de « proposer un projet de rassemblement à l’ensemble de la gauche » en vue de gagner l’élection présidentielle. Pourtant, en juin 2017, candidat du PS aux législatives, il se réclamait de la « majorité présidentielle » sur sa profession de foi, se montrait aux côtés d’Emmanuel Macron et citait plusieurs réformes phares du nouveau président.

Armes : vente sans contrôle

Dans leur rapport sur les ventes d’armes, paru le 18 novembre, les député·es Jacques Maire (LREM) et Michèle Tabarot (LR) suggèrent des voies pour impliquer le Parlement dans le contrôle des exportations. Selon Disclose, qui révèle le contenu d’une note issue de Matignon, l’exécutif en est très alarmé et va tout faire pour bloquer cette idée farfelue, conscient que cela pourrait « entraîner des effets d’éviction de l’industrie française dans certains pays ». Les Yéménites (entre autres) en rêvent.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.