Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Allemagne : Défaites cinglantes pour la CDU

C’est un revers qui fait du bruit, outre-Rhin. Qualifiée « d’historique » par la presse allemande, la défaite de la CDU dans des scrutins régionaux en Rhénanie-Palatinat et dans le Bade-Wurtemberg envoie un signal inquiétant pour la coalition au pouvoir. Face à eux, les Verts (dans le Bade-Wurtemberg) et le parti social-démocrate (en Rhénanie-Palatinat) renouvellent leur mandat à la tête de la région. Chez les conservateurs, la débâcle remet déjà en cause la légitimité du chef de file de la CDU élu en janvier, Armin Laschet. Durant le scrutin, l’ombre d’une affaire de corruption visant le parti a pu peser lourd : des députés de la coalition CDU/CSU ont empoché des commissions de plusieurs centaines d’euros, pour l’achat de masques par les autorités. À six mois de l’élection générale pour la chancellerie, la droite allemande commence mal sa campagne.

Droits : Tension à l’inspection du travail de la Marne

Depuis un an et demi, les agents de l’inspection du travail de la Marne se plaignent d’un climat pathogène, entretenu par le manque d’effectifs et les « graves erreurs de management » de leur directrice. Dix-sept cas de souffrance au travail ont été signalés, selon France 3, mais l’administration locale refuse l’ouverture d’une enquête interne. Un comble ! « Dans l’administration chargée de faire respecter le droit du travail, les hauts fonctionnaires refusent d’appliquer les principes de base de prévention des risques professionnels », s’exaspère la CGT. Le tribunal administratif de Strasbourg a tranché, le 10 mars : il ordonne la fameuse enquête. Mais ce n’est pas tout. Cinq syndicats de la Direccte Grand-Est viennent de déposer plainte pour « abstention volontaire de combattre un sinistre ». Ils l’accusent de « multiples refus de protéger la santé » des 700 agents durant la crise du Covid. Elle avait notamment demandé aux inspecteurs de ne pas porter de masque pendant leurs contrôles. Dans cette région, déjà, la sanction contre l’inspecteur du travail Antony Smith avait souligné la collusion de l’administration avec la droite départementale et le chef de l’entreprise concernée.

Justice : Affrontement de robes

À Aix-en-Provence, le magistrat Marc Rivet fait face à une fronde de robes noires venues de toute la France. Il faut dire que sa gestion du droit de la défense est quelque peu particulière. À l’occasion d’un gros dossier de trafic de stups, ce magistrat a fait expulser manu militari Me Paul Sollacaro, avocat d’un des onze prévenus. Ébahis par une telle action, tous les avocats ont quitté la salle d’audience. Ambiance.

Me Sollacaro, spécialiste du grand banditisme et de la défense de rupture – marque de fabrique d’Éric Dupond-Moretti –, avait demandé que son client, absent pour cause de Covid-19, puisse être jugé seul et plus tard. Le président, conformément à la demande du parquet, a refusé. « Me Sollacaro s’est emporté et s’est adressé au président en des termes virulents qui ont conduit ce magistrat à devoir faire usage des pouvoirs de police », justifie le parquet. Rarissime ! Résultat : Sollacaro porte plainte pour « violences aggravées » et le Conseil national des barreaux a saisi le garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti… Voilà qui devrait apaiser les relations entre avocats et magistrats.

Vaccins : Pas de pitié pour les pauvres

Les pays pauvres attendront. Jeudi 11 mars, l’Organisation mondiale du commerce a une nouvelle fois refusé le contournement temporaire des brevets pharmaceutiques sur les vaccins anti-Covid. La proposition, portée par l’Inde et l’Afrique du Sud (sévèrement frappées par la pandémie mais qui disposent aussi des moyens de production nécessaires) et soutenue par une très large coalition, a néanmoins été bloquée par quelques pays riches, dont les États membres de l’Union européenne, le Royaume-Uni et surtout les États-Unis, arguant que le respect des brevets garantissait « l’innovation ».

Cette clause existe pourtant et a déjà été activée pour les médicaments contre le sida. Unanimement déploré par les ONG et jusqu’à l’Organisation mondiale de la santé, ce nouvel accès d’égoïsme vaccinal est également un piètre calcul, alors que les mutations du virus menacent de rendre les vaccins inefficaces et que chaque retard dans la reprise coûte des milliards de dollars à l’économie mondiale.

Russie : OVH a bon dos

L’Internet russe s’est réveillé enfariné, mercredi 10 mars, avec de nombreux sites tels que YouTube et même certains services officiels ralentis. Le régulateur russe des télécoms, Roskomnadzor, s’est empressé de pointer l’incendie survenu la nuit précédente dans un important datacentre de l’hébergeur français OVH, à Strasbourg, dont on ignorait qu’il accueillait les services de Google et… du Kremlin. Comme l’ont débusqué des spécialistes des réseaux, il s’agissait plus certainement d’une tentative ratée de Roskomnadzor de bloquer le système de liens de la plateforme Twitter, qui utilise le format « t.co ». Cette erreur de filtrage étatique aurait abouti au blocage de tous les domaines finissant par « t.com », autant dire des pans entiers du Web mondial. Les agences russes, toujours au top de la discrétion.

Ubérisation : Début de droit syndical pour les travailleurs des plateformes

Des premières élections professionnelles devraient être organisées au printemps 2022 pour permettre aux chauffeurs VTC et aux livreurs à vélo d’être représentés syndicalement. Une nouvelle instance devrait également voir le jour – l’Autorité des relations sociales des plateformes d’emploi – pour entamer l’important travail de négociation sur les protections des quelque 100 000 travailleurs « indépendants » français. Voilà les deux principales conclusions d’une mission diligentée par la ministre du Travail, début janvier, qui doivent être transcrites dans une ordonnance après « quelques ajustements ». Elles symboliseraient une première étape importante, après des années de non-droit syndical qui laissait les travailleurs désarmés face au diktat des plateformes.

Ces dernières semaines, les décisions de justice pleuvent contre Uber et consorts : 60 000 livreurs ont été requalifiés en salariés fin février par la justice italienne, et une quarantaine de chauffeurs Uber ont obtenu la même victoire devant la Cour suprême britannique, le 19 février. Première en Europe, le gouvernement espagnol a annoncé, le 12 mars, une loi pour reconnaître à tous les livreurs le statut de salarié. La Commission européenne s’apprête à son tour à légiférer pour définir un cadre social aux travailleurs ubérisés.

En Birmanie, carnage et loi martiale

Dimanche 14 mars, plus de 40 manifestants ont été tués en Birmanie. C’est la journée la plus meurtrière depuis le coup d’État de la junte, le 1er février, portant le bilan total à 150 morts. Les protestataires avaient notamment ciblé des usines financées par la Chine, qui est perçue comme un allié du régime. L’ambassade de Chine a réclamé des « mesures adéquates » pour calmer la situation. La loi martiale a été décrétée dimanche soir dans deux communes de l’agglomération de Rangoun, Hlaing Tharyar et Shwepyitha. La Chine se défend de toute ingérence dans le pays et a soutenu l’ONU dans sa condamnation de la dictature militaire.

Une place pour Goasguen

Bientôt, les Parisiens auront le plaisir de flâner place Claude-Goasguen, du nom de ce député et ancien ministre. Grâce au vote d’Anne Hidalgo et de certains élus PCF, la mairie rendra hommage à cette figure de la droite, partisan de l’Algérie française, ancien dirigeant de la Corpo d’Assas, syndicat d’extrême droite, opposant au Pacs et au mariage pour tous… Une place inaugurée dans le quartier de la Muette : ça ne s’invente pas !

Le pas de deux du PCF

Le conseil national du PCF s’est prononcé ce week-end en faveur d’une candidature communiste à l’élection présidentielle ET d’un « pacte d’engagements législatifs communs » avec les autres forces de gauche. Si son secrétaire national, Fabien Roussel, a confirmé qu’il était prêt à être ce candidat, le ET semble indiquer que cette candidature est échangeable contre un accord en vue des législatives.

Tweets antichinois

L’affaire inaugurale du pôle national de lutte contre la haine en ligne aura lieu mercredi 24 mars au tribunal judiciaire de Paris. Cinq prévenus seront jugés pour avoir publié des tweets haineux et appelé à agresser « tous les Chinois » à la suite de l’annonce du second confinement, le 28 octobre 2020. Face au déferlement de haine, les associations luttant contre le racisme anti-asiatique se sont portées parties civiles.

Racisme en vogue

La moitié des sondés pense qu’il y a trop de Roms en France. 43 % trop de musulmans et de Maghrébins. 42 % pensent que les musulmans « vivent principalement des allocations et des minima sociaux ». 23 % que les juifs « ont trop de pouvoir dans l’économie et la finance » et 71 % que les Noirs « ont le rythme dans la peau »… C’est le résultat affligeant d’un sondage Ifop publié par Le JDD et commandé par l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) et SOS Racisme. Qui incriminer : les sondeurs ou les sondés ?

Votez !

Les élections professionnelles se tiennent du 22 mars au 6 avril, pour les 5 millions de salarié·es des entreprises de moins de 11 salariés (TPE). Les votants doivent choisir les syndicats qui les représenteront au sein des branches professionnelles et qui désigneront les juges prud’homaux. Un droit boudé par 93 % des électeurs. Informations et vote sur
election-tpe.travail.gouv.fr.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.