Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Solidarité : Des maraudeurs de Briançon en justice

Le slogan « La solidarité n’est pas un délit » n’est pas près de passer de mode ! Deux bénévoles de l’association Tous migrants, qui maraude auprès des exilés du Briançonnais, sont poursuivis pour « aide à l’entrée d’étrangers en situation irrégulière en France ». Le 22 avril, le procureur de la République a requis deux mois de prison avec sursis et une interdiction de séjour dans les Hautes-Alpes pendant cinq ans.

Tout l’enjeu du procès tenait au passage de la frontière franco-italienne. Or les maraudeurs, fins connaisseurs de la loi et du terrain montagneux, affirment avoir aidé une famille d’exilés afghans, dont une femme enceinte de huit mois, une fois celle-ci déjà en France. Décision attendue le 27 mai… soit le même jour que la tenue du procès en appel des « sept de Briançon ». Tous espèrent la relaxe.

Covid-19 : Cruelle leçon indienne

Saisissante impression de « déjà vu » : un gouvernement se vante de maîtriser la pandémie, avant d’être puni par un brutal regain. Suède, Allemagne, Irlande… Et maintenant l’Inde. Le Premier ministre Modi se félicitait il y a trois mois de moins de 10 000 cas quotidiens pour 1,4 milliard d’habitant·es. Aujourd’hui, c’est un tsunami de 350 000 contaminations quotidiennes, et un impossible décompte des morts (plusieurs milliers par jour) dans un chaos généralisé. Cette furie est certes attribuable à l’apparition de nouveaux variants. Mais surtout à la folle inconséquence de Modi, qui a brutalement relâché les contraintes anti-Covid, autorisant notamment les rassemblements électoraux (il lutte pour sa réélection) et le pèlerinage de la Kumbh Mela dans les eaux du Gange, gigantesques « clusters » de plusieurs millions de cobayes.

Transparence fiscale : La voix du Medef

Quelle ne fut pas la surprise des eurodéputés et diplomates européens de découvrir dans les métadonnées d’un document émanant du ministère français de l’Économie la griffe d’une experte en fiscalité du Medef ! À en croire ces informations permettant de tracer l’origine d’un fichier numérique, le lobby patronal a donc directement tenu la plume pour rédiger l’argumentaire de la France dans l’épineuse négociation en cours sur la transparence fiscale des multinationales. Bercy a également consulté plusieurs lobbys et aurait amendé la note proposée par le Medef, selon le média Contexte, qui révèle l’affaire. Résultat, la France freine durement les velléités du Parlement européen de durcir les règles actuelles. On n’est jamais mieux servi que par soi-même.

Le grand historien Marc Ferro s’en est allé

Né en 1924, blessé à jamais par la mort de sa mère déportée, Marc Ferro rejoint la Résistance dès 1942. Spécialiste de la Révolution russe puis des colonisations (après avoir enseigné à Oran après-guerre), toujours engagé mais refusant tout dogmatisme, il contribue à faire évoluer sa discipline, en l’ouvrant notamment aux archives et fictions filmées. Réalisateur de documentaires et producteur d’émissions télévisées, dirigeant plus de vingt-cinq ans la prestigieuse revue des Annales, il fut un précurseur, historien majeur de sa génération.

Sahara occidental : Des politiques en service colonial commandé

La France continue de se distinguer par un soutien aveugle aux dictatures africaines – tout récemment le Tchad – et à la dernière colonie du continent, le Sahara occidental envahi par Rabat en 1975. On apprenait ainsi la semaine dernière que Royal Air Maroc compte ouvrir une ligne directe entre Paris et Dakhla, l’une des principales villes de l’ancienne colonie espagnole occupée. Or l’inauguration de cette nouvelle liaison aérienne, affirmant encore un peu plus l’emprise du royaume chérifien sur ce qu’il nomme ses « provinces du sud », devrait compter quelques politiques français, grands amis de Rabat. Côté « socialistes » : Jean-Marie Le Guen, Julien Dray et Jean-Marie Bockel (qui a fini chez Sarkozy). À droite, outre le secrétaire général des LR Aurélien Pradié, on aura plaisir à revoir le macroniste Benjamin Griveaux, qui a sans doute envie de soleil après plus d’un an dans l’ombre…

Italie : Répression contre les opposants au Lyon-Turin

Si l’opposition au projet de liaison ferroviaire transalpine Lyon-Turin semblait assoupie côté français, celle du côté italien a été violemment réveillée. Le 13 avril, un millier de policiers et de carabiniers ont entouré le village de San Didero, 570 habitants, pour tenter d’expulser le poste de surveillance occupé depuis décembre 2020 par le collectif No Tav. Le site Reporterre raconte le déroulé de ces interventions qui ont duré plus d’une semaine, et rapporte quelques réactions, dont celle du maire : « Ce qui s’est passé à San Didero est honteux. Des lacrymogènes ont explosé dans les cours des maisons, des champs de blé [ont été] piétinés, des grenades lacrymogènes éparpillées dans les prairies, dont certaines non explosées. »

Une marche de soutien aux opposants s’est déroulée le 17 avril, avant de nouveaux affrontements le soir. Une manifestante a été hospitalisée pour un traumatisme crânien et des fractures au visage. Le collectif No Tav surveillait les travaux de démolition du parking pour camions que les promoteurs souhaitent remplacer par une gare internationale. Depuis plus de vingt ans, les habitant·es du val de Suse continuent de résister pour protéger leur vallée.

Super Ligue : le mea culpa de JP Morgan

Oups ! Face au fiasco de la tentative de braquage sur le foot européen, JP Morgan, argentier du projet de « Super Ligue », a dû concéder un (timide) mea culpa : « Nous avons clairement mal évalué comment cet accord serait perçu. » L’embarras de la banque est en réalité maximal, à quelques mois du lancement d’une filiale à destination des particuliers britanniques.

Radicalisation du macronisme

Sur demande de l’Intérieur, un poste de préfet délégué à l’immigration sera créé, dès le 1er mai, auprès du préfet de police de Paris. Tandis que Gérald Darmanin reste obsédé par sa « lutte contre l’immigration irrégulière », cette annonce « ne présage rien de bon », estiment des associations comme Utopia 56. Elles craignent l’invisibilisation des immigré·es et la simplification des expulsions.

Une com’ qui sent le sapin

« Les chasseurs, eux, ont prévu d’aller voter », « Les fachos, eux, ont prévu d’aller voter » et… « Les boomers, eux, ont prévu d’aller voter ». Ah ! ces incorrigibles vieux (on dit « boomers » quand on est djeun), qu’EELV, dans sa campagne de communication pour les régionales, a désignés comme réactionnaires ! Tollé sur les réseaux sociaux. « Le visuel “boomers” était maladroit et blessant, a reconnu Julien Bayou. […] Je ne l’avais pas validé. » Il l’avait pourtant tweeté. EELV devrait faire plus attention à sa com’ de vieux cons.

Démission du Premier ministre arménien

Pris dans le tumulte du soulèvement populaire, le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, a déposé sa démission. Affaibli par la perte du Haut-Karabakh et la remise en cause de sa légitimité, il part à deux mois des élections législatives anticipées. Il espère sortir vainqueur de ces élections, convoquées par lui-même pour endiguer la crise politique, et retrouver la confiance des Arméniens.

Schiappa pur jus

Dès l’instant qu’elle a l’opportunité de dire une connerie, Marlène Schiappa n’y échappe pas. En témoigne cette nouvelle sortie saillante de la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, dans Le Monde pour un portrait consacré à Cyril Hanouna, qu’elle admire. « En 2022, c’est lui qui devrait coprésenter le débat de l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle. » Tata Yoyo aussi, pour la parité.

Le Ravi en sursis

C’est une mauvaise blague qui revient chaque année. Le mensuel marseillais, d’enquête et d’informations, nourri d’esprit et de dessins satiriques, pourrait bien ne pas passer le printemps. De confinement en reconfinement, Le Ravi se retrouve à sec. Conséquence du Covid qui lui empêche de mener à bien ses missions d’éducation aux médias. Soit la moitié de ses recettes. Le journal a relancé un appel à l’abonnement.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.