Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Bélarus : Sanctions éclairs de l’UE

Interdiction du survol de leur territoire par l’aviation bélarusse, nouvelles sanctions économiques en préparation : les Vingt-Sept n’ont mis que deux heures pour répliquer au dictateur Loukachenko après l’arrestation de l’opposant Roman Protassevitch et de sa compagne Sofia Sapega. L’interception « à la pirate de l’air » de leur vol Athènes-Vilnius a soulevé une indignation immédiate au sein de l’UE. En novembre, elle avait mis trois mois pour prendre quelques mesures calculées contre le régime, qui réprime férocement depuis août 2020 les manifestations contestant sa réélection frauduleuse. Il faut dire que Loukachenko est soutenu par Moscou. Nul doute que ce regain de courage face à Poutine trouve son inspiration auprès d’un Biden, bien plus concerné que Trump par la violation des droits humains à l’international.

Deux poids, deux mesures : Silence de mort pour une assistante sociale

Dans l’Aube, un millier de personnes ont participé à la marche blanche en hommage à Audrey Adam, une assistante sociale de 36 ans, vraisemblablement tuée par balle dans l’exercice de ses fonctions. Une semaine plus tôt, un autre homicide était commis, celui d’un officier de police à Avignon. Aussitôt, le gouvernement déclarait la France entière en deuil, saluant un homme « exemplaire », dont la fonction était érigée comme « la priorité du gouvernement ». Nul mot ne fut prononcé pour notre tout aussi brave et cruciale travailleuse sociale, nul ministre ne se hâta de faire le constat d’une profession précarisée et de conditions de travail dégradées. Depuis, le collectif Le Travail social de demain – formé en réaction au drame – fait circuler une pétition de soutien qui a déjà recueilli plus de 42 000 signatures.

Foot : Lille bouscule la hiérarchie… financière

Ils doivent bien sûr leur titre de champion de France à leur remarquable saison sportive. Mais si le club de Lille a eu droit à autant de superlatifs, c’est aussi et surtout parce qu’il devance les ogres du Paris-Saint-Germain, qui ont raflé sept des huit précédents titres. Depuis que le Qatar a massivement investi dans le club, en 2011, s’offrant huit des dix recrutements les plus onéreux de la Ligue 1. Lille, 4e budget (147 millions contre 600 pour le PSG) perturbe aussi le palmarès financier : parmi les six premiers du classement « au ballon », trois clubs terminent au même rang « par le fric » (Monaco, Marseille, Rennes).

Violences policières : Ismaël, 8 ans, victime d’un tir de LBD

À Lormont, dans la banlieue bordelaise, un petit groupe de jeunes lance des cailloux contre une équipe de police. Les forces de l’ordre ripostent par des grenades lacrymogènes et deux tirs de LBD : une balle de défense rebondit contre un arbre et blesse un enfant au thorax. La mère du garçon de 8 ans saisit alors l’IGPN pour violences avec arme par personne dépositaire de l’autorité publique. Un mois et demi plus tard, le service d’inspection déclare que le tir était « justifié » par la « menace pour l’intégrité physique des policiers ». L’usage de ces armes a été maintes fois décrié ces dernières années ; pourtant, fin mars, le ministère de l’Intérieur commandait 170 000 munitions supplémentaires tout en refusant d’encadrer davantage leur utilisation.

Premiers renoncements de Joe Biden

Après s’être déclaré en faveur d’un taux d’imposition minimum mondial de 21 % pour les multinationales, Joe Biden recule à grands pas. Son administration annonce la semaine dernière qu’elle accepterait un taux plancher de 15 %. Quelques heures plus tard, ce sont les ambitions de son grand plan d’investissement qui passent de 2,25 milliards de dollars à 1,7 milliard. Inquiétant pour la suite.

Israël-États-Unis : Le vent tourne-t-il ?

Le ton à l’égard d’Israël est-il en train de changer aux États-Unis ? Le rétablissement de l’aide aux réfugiés palestiniens, et l’annonce, le 30 avril, d’une ouverture d’un consulat à Jérusalem-Est avaient déjà contredit la politique de Trump. Le 19 mai, alors que les bombes israéliennes s’abattaient sur Gaza, Joe Biden a fait fortement pression pour une « désescalade ». Il a démontré au passage que les États-Unis avaient toujours les moyens de peser sur la politique israélienne. Le changement est peut-être plus profond encore. Il vient de l’aile gauche du Parti démocrate qui met en avant la question de la colonisation, et d’une partie significative de la communauté juive américaine, très critique à l’égard de Netanyahou. Il est vrai que les revendications antiracistes de la jeunesse palestinienne (« Palestinian lives matter ») résonnent fortement aux États-Unis. Mais Biden n’en est qu’à vouloir « stabiliser la trêve », très loin d’un plan de paix.

Présidentielle : Gauches unies, acte II

C’était l’une des promesses qu’ils s’étaient faite, et ils ont au moins tenu celle-là : après la première réunion du 17 avril, les différents représentants des partis de gauche et écologistes se sont retrouvés (en visio, cette fois) pour poursuivre leurs discussions autour d’une possible candidature commune, ce lundi 24 mai. Laurence Tubiana était à nouveau à l’animation de ces débats où l’on retrouvait les mêmes têtes d’affiche, par ailleurs très masculines – Faure, Jadot, Hamon, Bayou, Coquerel. Principal absent de marque, Éric Piolle, le maire de Grenoble, qui dénonçait là « une opération de communication ». De son côté, La France insoumise, bien que présente, dressait une liste de désaccords dans une lettre publique, à commencer par la participation à la manifestation des policiers le 19 mai. Peu d’éléments ont filtré à l’issue de cette réunion. Sur Twitter, Matthieu Orphelin a livré quelques « réflexions à chaud » : « Nous avons défini des axes de contribution et de stratégie pour l’été. À chacun maintenant d’en faire plus qu’aujourd’hui pour le rassemblement. Et de réussir des mobilisations collectives, comme celle du 12 juin contre l’extrême droite ou de faire basculer une ou deux régions le 27 juin. » Pour l’unité de la gauche, il reste donc encore du boulot.

Victoire pour les femmes de chambre

L’info ne devait pas sortir avant la signature du protocole d’accord, mais puisqu’elle a fuité sur le compte Twitter du député François Ruffin, nous nous réjouissons de la nouvelle : après vingt-deux mois de lutte, c’est un clap de fin victorieux pour la grève des femmes de chambre de l’hôtel Ibis Batignolles ! Les travailleuses verront leurs conditions de travail s’améliorer nettement dans les prochaines semaines. Selon la CGT-HPE, elles peuvent compter notamment sur des revalorisations salariales de 250 à 500 euros par mois, une importante baisse de cadence ou encore une prise en compte de leurs heures supplémentaires.

Candidat en sursis

Président du conseil régional de La Réunion depuis dix ans, Didier Robert se bat pour un troisième mandat avec une liste droite-centre hétéroclite. Mais il vient d’être condamné à 15 mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité, pour plusieurs prises illégales d’intérêts et abus de biens sociaux accablants d’évidence. Mais il a fait appel, suspensif, pour maintenir sa candidature : un véritable « Fillon réunionnais ». Le parallèle catastrophe ses amis…

Mali : sur-coup d’État militaire

Les putschistes avaient chassé le président Keïta en août 2020, et concédé le pouvoir à une équipe de transition. En apparence seulement : le colonel Goïta a conservé les manettes. Il vient de pratiquer un « sur-coup d’État », chassant à leur tour le président Ndaw et son premier ministre Ouane, mécontent qu’ils aient remplacé ses hommes… par d’autres militaires aux ministères clés de la défense et de la sécurité.

Faf, islamophobe, pro-Israël

Fondateur de la Ligue de défense anglaise, un mouvement identitaire anti-islam, Stephen Yaxley-Lennon (alias Tommy Robinson), le fasciste le plus célèbre outre-Manche en raison de ses multiples condamnations pour des agressions notamment, a participé le 23 mai à Londres à une manifestation pro-israélienne. Une présence remarquée et déplorée, après coup, par le Conseil des députés juifs britanniques.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.