Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Les Républicains : La tentation de l’extrême droite

Vainqueur du concours Lépine sécuritaire de la semaine, Guillaume Peltier, n° 2 du parti (mal nommé) Les Républicains, s’est surpassé dimanche, en avançant en matière de terrorisme une idée travaillée, selon lui, avec Alain Marleix et quelques parlementaires de son parti : « L’idée, c’est de créer une justice exceptionnelle, sans appel possible, la Cour de sûreté de la République, avec trois magistrats spécialisés. » Face aux journalistes du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro qui n’en croyaient pas leurs oreilles, l’autoritaire député a indiqué que « si le Conseil constitutionnel s’y oppose, nous pourrions proposer ça par référendum ». Stupeur d’une partie de ses petits camarades, dont Guillaume Larrivé, député (LR) de l’Yonne, qui a tweeté : « La possibilité de faire appel, en matière pénale, n’est ni une vieillerie ni une marotte de méchant gauchiste-laxiste, mais un progrès auquel il n’est pas question de renoncer dans un État civilisé. » Si ces propos de Peltier ont été désapprouvés par plusieurs sommités LR comme Christian Jacob et Gérard Larcher, il lui est moins reproché d’affirmer « porter les mêmes convictions » que le maire de Béziers, Robert Ménard, figure de l’extrême droite et proche du RN.

Législatives : Un double naufrage

Dans quatre législatives partielles organisées dimanche, la participation oscille entre 15,6 % et 26,4 %. Difficile de tirer des enseignements d’un tel naufrage démocratique. D’autant que les rapports de force n’en sont pas fondamentalement modifiés. Dans l’Oise, un Dassault va succéder à son oncle mort accidentellement. Dans le Pas-de-Calais, la ministre Brigitte Bourguignon devrait conserver son siège. En Indre-et-Loire, une UDI est largement en tête pour remplacer une UDI. Suspense en revanche dans le XXe arrondissement de Paris, où le second tour opposera le 6 juin Lamia El Aaraje (PS, 25,7 %) et Danielle Simonnet (LFI, 20,8 %) : la direction du PCF s’est assise sur le choix de sa section locale (10,6 %) qui, à l’instar d’EELV (18,4 %), ne donne pas de consigne de vote et appelle à voter pour… la socialiste, soutenue par LREM, absent du 1er tour, et vue dans la manif des syndicats de police le 19 mai.

Israël : Vraiment « tout sauf Netanyahou »

Que ne faut-il pas faire pour se débarrasser de Netanyahou ? Son rival, le centriste Yaïr Lapid, va peut-être pousser vers la sortie (et les tribunaux) l’inoxydable Premier ministre israélien. Mais à quel prix ! Lapid était, le 31 mai, sur le point de faire alliance avec le dirigeant d’extrême droite Naftali Bennett, l’un des chefs de file des colons, qui représente 7 sièges sur 120 à la Knesset, et auquel il va peut-être devoir céder le poste de Premier ministre. Et ce n’est pas tout. Pour atteindre la majorité à la Knesset, Lapid va devoir s’allier avec ce qui reste de la gauche, et compter sur le soutien sans participation des députés arabes. Une chose est sûre : de cette coalition de bric et de broc, les Palestiniens n’ont rien à attendre. Quant à Bennett, il est déjà lâché par certains de ses amis, encore plus racistes que lui.

Syrie : Criminels normalisés

L’Assemblée générale de l’OMS a élu pour trois ans la République arabe syrienne (aux côtés du Bélarus et de dix autres pays) à son conseil exécutif, le 28 mai. Confier des responsabilités majeures dans la santé publique mondiale à un régime qui a mené en dix ans 598 attaques contre des structures de soin, assassiné au moins 930 professionnels de santé (selon l’ONG Physicians for Human Rights) et ciblé systématiquement les volontaires de la protection civile, sans compter les nombreux médecins disparus dans les centres de torture et l’aide humanitaire utilisée comme instrument de soumission des opposants, il fallait oser. Cette odieuse normalisation intervient alors que la réélection de Bachar Al-Assad, deux jours plus tôt, est dénoncée comme une mascarade, avec 95 % des voix et… plus de votants que de Syriens dans les zones contrôlées par le régime. Le boucher de Damas a même poussé le vice jusqu’à voter lui-même à Douma, ville de la Ghouta orientale « réconciliée » après un siège de plusieurs années, un déluge de feu et plusieurs attaques chimiques sur les civils. Il pourra désormais conseiller l’OMS sur… la meilleure façon de bombarder un hôpital.

Les sociétés de lobbying se portent bien

Macron fait les affaires des lobbyistes, dont les budgets d’influence grimpent, constate La Lettre A (31 mai). Boury, Tallon et associés – 2,2 millions d’euros déboursés entre avril 2020 et mars 2021 –, cofondée par un proche de Hollande, a multiplié par 5 ses actions d’influence depuis 2018. Lysios – plus de 1,5 million d’euros – a augmenté ses dépenses de 45 % grâce à Patrick Stefanini (ex-LR). Rivington – plus d’un million d’euros – est dirigée par Laurent Lotteau (ex-PS)… Comme quoi, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.

Sursis pour Gardanne

Les salariés de la centrale à charbon de Gardanne (Bouches-du-Rhône) ont obtenu un court répit devant le tribunal administratif de Cergy-Pontoise. 219 licenciements sont suspendus en attendant l’audience du 12 juillet sur la légalité du plan social. L’État avait formulé la double promesse d’accompagner la transition et de permettre aux ouvriers de proposer une alternative. Doublement ignorée, selon les salariés en lutte depuis 2018.

Lire > Centrale à charbon de Gardanne : le plan social suspendu par la justice

Bolsonaro sous pression

Quelque 400 000 manifestants ont marché samedi dans plus de 200 villes pour demander la destitution du président d’extrême droite. Alors qu’une commission parlementaire investigue sur sa gestion catastrophique de la crise covid, il dégringole : 57 % des sondé·es souhaitent désormais le départ de Bolsonaro. Alors que Lula, officiellement candidat à la présidentielle de 2022, le devance largement dans les intentions de vote.

La Colombie inquiète l’ONU

Le 28 mai, 13 opposants à la politique antisociale et répressive du gouvernement Duque sont morts sous les balles des forces de l’ordre, principalement à Calí, ville désormais occupée par l’armée. Le bilan (quelque 60 morts, 120 disparitions et 2 300 blessé·es), un mois après le début de la crise, a suscité de l’ONU la demande d’une enquête indépendante.

Les paysans dénoncent la PAC

Environ 200 paysans ont occupé jeudi 27 mai le siège de Pôle emploi, à Paris. Ils protestaient contre les orientations de la future politique agricole commune (2023-2027), qui favorise encore les grandes exploitations. Ce rassemblement, à l’initiative de la Confédération paysanne, a donné lieu à des violences : la députée LFI Bénédicte Taurine a notamment été projetée au sol par un policier.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.