Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Presse : Les risques du métier

Voilà le directeur de Paris Match et du JDD, Hervé Gattegno, pris méchamment dans les rets de l’affaire du financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy de 2007 révélée par Mediapart. Et une grave crise s’ensuit dans les rédactions de ces deux titres du groupe Lagardère. Gattegno s’était donné beaucoup de mal pour convaincre ses lecteurs que l’affaire était un coup monté contre l’ancien président. Il a dit tenir sa preuve quand, en novembre 2020, le principal accusateur de Sarkozy, Ziad Takieddine, soupçonné d’avoir servi d’intermédiaire avec Kadhafi, s’était rétracté… dans une interview à Paris Match. Las, la « rétractation », aurait été en réalité « suscitée » et mise en scène. Cinq personnes, dont Mimi Marchand, la « papesse » de la presse people – toutes présumées innocentes – sont aujourd’hui mises en examen pour « subornation de témoin ». Quant à Gattegno, qui avait donné des leçons de déontologie à Mediapart, il mesure les désagréments du journalisme de cour.

Assurance-chômage : À saute-mouton avec le Conseil d’État

Le Conseil d’État a mis un stop au ministère du Travail, en suspendant la baisse des allocations-chômage qui devait toucher les travailleurs précaires au 1er juillet. Les règles actuelles ont donc été prolongées par le ministère jusqu’à la fin septembre… Un délai trop court pour que la haute juridiction ait le temps d’examiner au fond les recours des syndicats à l’origine de cette suspension. En sous-main, l’exécutif prépare en fait la publication d’un nouveau décret reprenant les dispositions suspendues, agrémenté cette fois de réponses sur le principal motif de la suspension, « les incertitudes sur la situation économique ». Ainsi reconditionnée, la réforme pourrait s’appliquer dès la rentrée. À moins que les syndicats parviennent à la faire suspendre par le Conseil d’État pour la troisième fois !

Transports : Goodbye Thello !

Thello symbolisait l’avant-garde de la grande transformation du paysage ferroviaire français, promise avec l’ouverture du secteur à la concurrence. Envoyée en éclaireuse en 2010 par sa maison mère, la compagnie publique italienne Trenitalia, pour concurrencer la SNCF avec un modèle low cost de trains de nuit reliant Paris à Milan et Venise et une liaison de jour entre Marseille, Nice et Milan, elle jette aujourd’hui l’éponge. Le ferroviaire est décidément une activité capricieuse, quoi qu’en disent les défenseurs du modèle privé concurrentiel. Surtout quand une pandémie s’en mêle. Mais Thello n’a pas dit son dernier mot et prépare un retour sur la liaison à grande vitesse Paris-Lyon-Milan. Une preuve, s’il en fallait, que la concurrence ne sera une réalité que sur les tronçons déjà hypertrophiés.

Immigration : À Mayotte, deux enfants expulsés avec leur nourrice

En mai, deux enfants âgés de 8 mois et 2 ans ont été placés au centre de rétention de Mayotte et expulsés vers les Comores. Ils ont été rattachés arbitrairement par la préfecture à leur nourrice, qui en avait la garde ce jour-là, malgré ses protestations. Elle a assuré aux services de police ne pas être leur tutrice, mais aucune vérification d’identité n’a été réalisée, selon la Cimade. Pendant ce temps, les parents étaient à un entretien à l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) dans le cadre de leur demande d’asile. L’Ofpra a contacté la préfecture, qui a finalement autorisé la mère à aller récupérer ses enfants aux Comores, plusieurs jours après leur expulsion. Dans le 101e département français, les expulsions illégales sont systémiques (lire Politis du 10 juin).

Afghanistan : Tué pour avoir aidé l’armée française

Abdul Basir, 34 ans, père de 5 enfants, cuisinier à la base militaire française de Kaboul entre 2001 et 2012, est mort assassiné par les talibans. Depuis 2013 et ses nombreux appels au secours, la France lui a refusé trois fois sa demande d’asile, comme celles de dizaines d’autres anciens employés afghans de l’armée française menacés par les talibans. Pour Abdul Basir, même la justice française n’a pas estimé la menace sérieuse, prétendant que les preuves étaient fausses. En 2014, Zabihullah Mujahid, porte-parole des talibans, affirmait pourtant devant les caméras de Vice News que ces anciens employés de l’armée française méritaient la mort. Abdul Basir est le second à être exécuté. Quelle preuve de plus faut-il à la France ?

Départementales : La fin d’une banlieue rouge

Coup dur pour le parti communiste français : il perd son dernier département, celui où Georges Marchais avait été élu six fois de suite député. Une défaite annoncée par le basculement progressif vers la droite de plusieurs communes aux deux dernières municipales. En 2014, elle a ravi au PS l’Haÿ-les-Roses, Noiseau, Limeil-Brévannes et au PCF La Queue-en-Brie. En 2020, la tendance s’est accentuée : la droite y a raflé des fiefs communistes historiques tels que Champigny-sur-Marne, Villeneuve-Saint-Georges, Choisy-le-Roi et Valenton.

La célèbre banlieue rouge agonise. Au départementales, trois cantons passent à droite dont celui de Champigny-sur-Marne-1, bastion du président de département PCF Christian Favier. Les listes d’union LR, Libres et UDI remportent 14 cantons contre 11 pour la gauche : entrainant l’inévitable renversement du département. Cela dit, ni LREM ni le RN n’obtiennent de siège. Le clivage gauche-droite reste particulièrement fort dans ce département qui devrait être, sans surprise, présidé par Olivier Capitanio, maire LR de Maisons-Alfort et président du territoire Paris-Est Marne & Bois.

Vingt-deux ans de prison pour Derek Chauvin

« Une condamnation historique », a salué l’avocat de la famille de George Floyd. Derek Chauvin, le policier à l’origine de la mort de l’Afro--Américain en mai 2020, a été condamné à vingt-deux ans de prison, la peine la plus lourde jamais prononcée à l’encontre d’un policier dans le Minnesota. Le barème de l’État prévoyait un minimum de douze ans de prison pour l’agent, mais le juge est allé au-delà, retenant quatre circonstances aggravantes. En effet, Derek Chauvin a maintenu son genou sur le cou de George Floyd pendant près de dix minutes, malgré ses protestations. La scène, filmée et mise en ligne, a provoqué des mobilisations mondiales contre le racisme et les violences policières.

L’aide humanitaire menacée en Syrie

Le dernier point de passage terrestre qui permet d’acheminer de l’aide humanitaire en Syrie va-t-il rester ouvert ? La décision doit être prise avant le 10 juillet par le Conseil de sécurité des Nations unies, qui doit renouveler chaque année la résolution de cet accord transfrontalier. Instaurant en 2014 quatre points de passage, cette résolution n’en laisse aujourd’hui subsister plus qu’un seul, à la suite des veto répétés de la Chine et de la Russie. Sans surprise, Moscou a annoncé qu’elle ne souhaitait pas renouveler l’autorisation de la résolution, appelant au respect « de l’intégrité territoriale » de la Syrie de Bachar Al-Assad.

Famine à Madagascar

Un million de personnes sont en insécurité alimentaire et 14 000 en situation de famine, selon l’ONU. Le sud de Madagascar n’a pas vu de pluie depuis trois ans, ce qui met à mal les récoltes de maïs et de manioc qui nourrissent la population. Les causes sont toujours multiples, mais l’île connaît actuellement la pire sécheresse depuis quarante ans, et ce phénomène, certes récurrent, est amplifié par les effets du changement climatique et de la déforestation.

Zemmour lâché par son éditeur

Le chroniqueur de CNews s’est dit sur le plateau de la chaîne, le 28 juin, « un peu perturbé » par le refus d’Albin Michel de publier son prochain livre, prévu pour septembre. Cette décision de l’éditeur ne manque pas de surprendre alors que Lise Boëll, éditrice de cette maison, qualifiait l’ouvrage à paraître d’« extrêmement puissant » il y a seulement quelques mois dans les colonnes de Valeurs actuelles.

Vingt-trois préfectures devant la justice

L’offensive contre la dématérialisation des demandes de titre de séjour et la fermeture des guichets dans les préfectures continue. Après avoir assigné cinq préfectures devant les tribunaux administratifs pour démontrer le caractère illégal de ce mode d’organisation (lire Politis du 22 avril), un collectif de six associations engagées dans la défense des droits des étrangers en attaque dix-sept nouvelles en métropole et en outre-mer.

La purge continue chez SFR

Des salariés de l’opérateur SFR se sont mis en grève le 24 juin et de nouveau à partir du 28 juin pour dénoncer le plan de 2 000 départs volontaires (soit 20 % des effectifs) annoncé en mars. Le groupe présente des bénéfices en hausse de 3 % en 2020 et avait déjà détruit 5 000 emplois en 2017, désorganisant toute l’entreprise. L’intersyndicale CFDT, Unsa et CFTC a claqué la porte des négociations.

Benalla, bon copain

Laurent Simonin, ancien chef d’état-major à la préfecture de police, prend le grade de commissaire général… et reste mis en examen pour « violation du secret professionnel » dans l’affaire Benalla. C’est lui qui avait autorisé le proche d’Emmanuel Macron à intégrer la manif. C’est à son propos que le préfet de l’époque a évoqué des « dérives individuelles sur fond de copinage malsain ».

La chasse à la glu, c’est fini !

Le Conseil d’État a définitivement déclaré illégale cette chasse traditionnelle courante dans le Sud-Est, la jugeant « contraire au droit européen ». Les défenseurs des oiseaux se réjouissent de l’interdiction de cette cruelle pratique de capture d’oiseaux pour en faire des appâts.

Soutien aux fêtards de Redon

Trois cents personnes se sont rassemblées samedi 26 juin à Redon pour protester contre l’évacuation violente des fêtards de la rave party organisée samedi 19 juin. Un jeune de 22 ans a eu la main arrachée. Une association a lancé un appel à témoignages contre la police. Le parquet de Rennes dirige une enquête pour organisation illicite d’un rassemblement festif.

Yuka hachée menu

Les industriels veulent la couenne de l’application Yuka. Depuis sa première condamnation pour « dénigrement » par le tribunal de commerce de Paris, il y a un mois, l’application qui attribue une note aux produits de supermarché a reçu une dizaine de plaintes de charcutiers industriels dont les produits sont classés « mauvais » en raison de la présence de nitrite, un additif cancérigène. Yuka joue sa survie et compte faire appel.


Haut de page

Voir aussi

Ce que révèle l’affaire des sous-marins

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.