Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Économie : Le retour du spectre de l’inflation

C’est un fantôme qu’on croyait disparu. Avec la reprise économique, l’inflation revient, sous l’effet de pénuries (puces électroniques, bois, ciment, uranium…) et des hausses de prix, dans le transport ou l’énergie (+15 % en zone euro). Le gel et les fortes précipitations en Europe, ainsi que la sécheresse en Amérique du Nord et au Brésil, ont aussi fait chuter les rendements agricoles et décoller le prix du blé de 15 % depuis juin. Au total, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) enregistre en un an une hausse de l’indice des prix alimentaires de 33 %.

Au-delà de fluctuations qui peuvent rester temporaires, il faut craindre une surréaction des grandes puissances. Un durcissement trop brusque de la politique monétaire américaine présenterait en effet un risque de fuite de capitaux qui mettrait les pays les plus endettés à genoux. Voilà qui fait résonner l’appel à la solidarité envoyé par la (pourtant très rigoriste) directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva : « L’heure est critique. Si nous voulons remédier aux écarts qui se creusent dans cette reprise à deux vitesses, nous devons passer à l’action de toute urgence. »

Drogues : Une salle de shoot ? Oui, mais pas chez moi…

L’été fut mouvementé dans le populaire nord-est de la capitale, du fait de la concentration d’usagers de drogues de rue (surtout de crack), notamment près de la place de Stalingrad, scène ancienne de consommation et de deal. Depuis plusieurs décennies, l’approche sanitaire et sociale concernant les -drogues demeure en France indigente, contrairement à nombre de métropoles occidentales. Manque de structures, d’intervenants – et une seule salle de consommation à moindre risque (SCMR) dans une agglomération de près de onze millions d’habitants… Après plusieurs incidents, la mairie de Paris projette d’en ouvrir une deuxième, dans le XXe arrondissement. Sans, semble-t-il, de concertation avec les riverains. Certains ont ainsi manifesté, samedi 11 septembre, avec une débauche de slogans démagos comme « Non au crack autour de nos écoles ! », « La maire de Paris veut mettre de -l’héroïne à la cantine »…

Médias : TF1-M6, une fusion qui plaît aux puissants

Plus de 33 % de part d’audience (en moyenne) ! 75 % du marché publicitaire ! C’est la part du « gâteau » que devrait s’octroyer le groupe audiovisuel résultant de la future fusion entre TF1 et M6. Un mastodonte qui serait capable de rivaliser face à des acteurs comme Amazon ou Netflix. Si l’Autorité de la concurrence – dont la vocation est de veiller « à la défense d’une concurrence suffisante sur les marchés » – doit encore approuver ce « projet », Roselyne Bachelot, ministre en charge de la Communication, l’a d’ores et déjà applaudi. Tout comme Roch-Olivier Maistre, président du CSA – pourtant chargé de la régulation du secteur – qui, dans une déclaration prématurée, a trouvé « naturel » et « compréhensible » que les acteurs du PAF se « mettent en ordre de marche » pour « développer » une sorte de « souveraineté culturelle ». Tout va bien…

Pauvreté : Privé de cantine et humilié à… 7 ans

Saint-Médard-de-Guizières. Depuis jeudi, le nom de cette petite ville en Gironde est devenu synonyme d’indécence. Devant ses camarades, un enfant de 7 ans a été viré de la cantine scolaire de la commune et reconduit par un policier municipal chez sa mère. Cette dernière aurait accumulé les impayés jusqu’à atteindre une dette de 800 euros, indique la maire, Mireille Conte-Jaubert (DVD). D’un média à l’autre, elle n’hésite pas à se répandre en explications glaçantes pour justifier la brutalité de la procédure. En tout, les dettes de familles pauvres à l’égard des services de restauration et du périscolaire s’élèveraient à « pratiquement 17 000 euros », s’étrangle l’élue. Soit une paille dans le budget de fonctionnement de cette municipalité, qui s’élève à plus de 2 108 000 euros.

Pesticides : l’État défaillant

Après l’Affaire du siècle dénonçant l’inaction politique face au changement climatique, les associations Notre affaire à tous et Pollinis lancent une action en justice contre la France pour « manquement à ses obligations de protection de la biodiversité ». Au cœur de cette affaire : les pesticides. « Malgré tous les discours, et au mépris des lois et conventions nationales, européennes et internationales, l’État français a failli à mettre en place un système d’homologation des pesticides réellement protecteur des pollinisateurs et de la faune en général », affirme Nicolas Laarman, délégué général de Pollinis. En 2020, les ventes de pesticides chimiques étaient en hausse en France…

Le droit à l’IVG constitutionnalisé

Au Mexique, la question du droit à l’avortement s’éclaircit enfin. Alors que les États conservateurs s’obstinent à criminaliser la pratique, la Cour suprême a jugé, le 9 septembre, pour la seconde fois en deux jours, que cette criminalisation était inconstitutionnelle. Les juges de la plus haute juridiction construisent ainsi une jurisprudence solide, garantissant le droit à l’IVG dans tout le pays.

Presse à l’amende

Alexandre-Reza Kokabi, journaliste à Reporterre, a écopé d’une amende de 750 euros pour avoir couvert l’action du mouvement Extinction Rebellion menée le 26 juin 2020 sur le tarmac d’Orly, qui visait à dénoncer la responsabilité du trafic aérien dans le changement climatique. « Couvrir une action illégale, pour un journaliste, n’est pas se rendre complice de l’action », a déclaré Hervé Kempf, directeur de Reporterre.

Le Salvador joue avec le Bitcoin

La folie du Bitcoin fait de moins en moins sourire. Au Salvador, la riche idée du gouvernement de faire de la « cryptomonnaie » une devise légale, pour compenser le manque de fiabilité de sa propre monnaie, a entraîné des couacs et un vent de panique qui a fait dégringoler de 17 % le Bitcoin. Un casino géant auquel beaucoup de Salvadoriens ont déjà perdu gros.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.