Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Autoentrepreneurs : Les « tâcherons » pourront voter

Un progrès en trompe-l’œil s’est dessiné les 28 et 29 septembre à l’Assemblée nationale, avec la ratification des ordonnances sur le dialogue social au sein des plateformes numériques. Sous couvert d’organiser des élections professionnelles pour les chauffeurs VTC et les livreurs indépendants début 2022, ce qui permettra la négociation d’accords collectifs, le texte vise in fine à « limiter les risques de requalification du contrat [des Autoentrepreneurs] en contrat de travail », selon l’exposé des motifs. La CGT dénonce une manière de « légaliser un statut de tâcheron ». Avec ce cadre juridique, les plateformes comme Take Eat Easy, Deliveroo, Uber et consorts n’auront plus à craindre les condamnations devant les tribunaux, qui se sont multipliées ces dernières années.

Ados, nazis et jihadistes

Deux idéologies mais un même objectif, une tuerie de masse dans un lycée. Un adolescent néonazi mis en examen le 2 octobre pour « association de malfaiteur terroriste criminelle » voulait « faire pire que Columbine » dans son ancien lycée, et prévoyait également de s’en prendre à une mosquée. Dans sa chambre, les enquêteurs ont trouvé une vingtaine de carnets décrivant ses projets : il prévoyait ses attentats pour le 20 avril 2022, le jour de l’anniversaire d’Hitler. Il a été repéré par la DGSI car il était en contact via Telegram avec une adolescente fascinée par les jihadistes, qui prévoyait des attentats similaires contre un lycée et une église.

Violences sexuelles : « Double peine » à Montpellier

Le 28 septembre, la militante féministe Anna Toumazoff a relayé sur son compte Twitter le témoignage d’une jeune fille de 19 ans ayant tenté de porter plainte pour viol au commissariat de Montpellier. Elle dénonce l’accueil qu’elle a reçu, comme de nombreuses autres femmes dans ce commissariat, entre remarques désobligeantes et misogynes, décrédibilisation, refus de prendre les plaintes… Depuis, les témoignages de mauvais accueil dans les commissariats s’accumulent, avec le hashtag #DoublePeine, sur les réseaux sociaux. En réaction, la journaliste Constance Vilanova, le collectif Nous Toutes et des comptes féministes ont lancé une plateforme du nom de ce hashtag, pour recueillir et centraliser tous ces témoignages. Celle-ci a déjà recueilli plus de 220 messages en 48 heures.

Algérie-France : Le faux pas de Macron

En affirmant que le « système politico-militaire [algérien] s’est construit sur une rente mémorielle », Emmanuel Macron a provoqué une crise diplomatique majeure. Rappel de l’ambassadeur, interdiction de survol des avions militaires français au-dessus du territoire, la réponse d’Alger a été brutale. Et pourtant, rien n’est plus vrai. C’est précisément ce système qui est contesté et combattu par la révolte populaire du Hirak. Mais voilà, Macron est président d’un pays qui a colonisé l’Algérie pendant 132 ans et qui l’a quitté après avoir commis les pires atrocités. Ces mots dans sa bouche sont une faute majeure. Sous la plume de l’historien Benjamin Stora, c’est une vérité ; dans la bouche d’un Président, c’est une ingérence.

Justice : Ayez confiance !

Les sénateurs ont chopé la balle au bond, plus exactement la loi sur la confiance en l’institution judiciaire, pour modifier la définition du délit de prise illégale d’intérêt, accédant ainsi à une vielle demande de l’Association des maires de France. Ce 28 septembre, s’appuyant sur les conclusions d’un récent rapport de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, ils ont restreint le champ de ce délit : sera sanctionnée non plus la prise d’un « intérêt quelconque », mais la prise d’un intérêt « de nature à compromettre l’impartialité, l’indépendance ou l’objectivité » de la personne. Exactement ce pourquoi est mis en examen le garde des Sceaux suite aux poursuites disciplinaires qu’il a ordonnées contre trois magistrats du Parquet national financier (PNF), avec qui il avait eu maille à partir en tant qu’avocat. Situation cocasse : la participation du ministre au débat sur la définition de ce délit pourrait être constitutive dudit délit…

Campagne écologiste : La faute de Rousseau ?

Les candidat·es à la primaire écologiste avaient promis d’appuyer sans réserve qui l’emporterait. Yannick Jadot donc (51,03 %). Lecture de Sandrine Rousseau (48,97 %) : il s’en est fallu d’un cheveu, alors cet élan, mon public, ma radicalité ont droit à une haute considération si Jadot veut mon soutien.

Coup de froid chez EELV. Rousseau est rhabillée en « mauvaise perdante ». Car la revendication, certes légitime, menace la dynamique de la primaire saluée comme un succès par les commentaires. D’autant que le dispositif, a priori écarté chez les autres partis, poursuit dans l’originalité : la campagne sera encadrée par un comité composé de Jadot et de ses trois principaux ex-concurrent·es (Batho, Piolle, Rousseau) et un conseil politique dont la présidence a été proposée… à Rousseau. Qui s’est finalement ralliée, « sans état d’âme ».

Italie : Prison pour un maire pro-migrants

Mimmo Lucano, ancien maire du petit village de Riace en Italie, a été condamné, le 30 septembre, à treize ans et deux mois de prison et 500 000 euros d’amende pour association de malfaiteurs visant à aider et encourager l’immigration irrégulière et des délits de fraude aux dépens de l’État. Une peine jugée « exorbitante » par ses avocats, deux fois supérieure aux réquisitions du parquet de Locri. En accueillant des dizaines de réfugiés, il avait donné une seconde vie à son village, médiatisé en 2010 par un documentaire de Wim Wenders, Il Volo. Pour cela, il était devenu la cible de l’extrême droite.

Immobilier : Référendum berlinois, un « oui » pour un « non »

L’inflation des prix des loyers a particulièrement motivé les Berlinois. Après avoir obtenu le nombre de signatures requis pour un référendum sur l’opportunité d’exproprier les sociétés immobilières de plus de 3 000 appartements (lire Politis n° 1662), ils y ont répondu « oui » à 56,4 % le 26 septembre, en parallèle des scrutins national et régional. Avec un taux de participation électoral de 72 % ! Ce vote qui pourrait conduire au transfert de 240 000 appartements dans le domaine public, dont les quelque 100 000 unités de Deutsche Wohnen, le leader du marché berlinois, n’est toutefois pas contraignant. Arrivés en tête du scrutin régional, le SPD (21,4 %) et les Verts (18,9 %) sont divisés sur la question. Et la leader locale social-démocrate, Franziska Giffey, a déjà fait part de son refus d’exproprier les compagnies immobilières.

Mort pour un ticket de métro…

Saïd M’Hadi, 37 ans, analphabète à l’élocution difficile du fait d’un lourd handicap mental, est mort le 22 septembre par « asphyxie » à la station Joliette, dans le métro de Marseille. Il aurait refusé un contrôle des billets par des agents de la RTM. Cinq d’entre eux l’ont « amené au sol et maîtrisé », selon le procureur. Sous les yeux de six collègues. Aucun n’a été placé en garde à vue, s’est étonné l’avocat de la famille de la victime…

Dupont-Aignan perd ses jeunes

Avant même le lancement de sa campagne, Nicolas Dupont-Aignan a déjà perdu des soutiens. Les militants de Debout les jeunes, la section jeune de son parti, Debout la France, ont annoncé le 1er octobre dans Valeurs actuelles leur soutien à Éric Zemmour, car Dupont-Aignan « n’accédera pas au second tour », contrairement à Zemmour. Coup dur pour celui qui a officialisé sa candidature deux jours après.

Une consultation discrète

Après les élections départementales et régionales, marquées par une participation particulièrement faible, les députés ont créé une mission d’information visant à identifier les ressorts de l’abstention et les mesures permettant de renforcer la participation électorale. Une consultation citoyenne en ligne est proposée sur le site de l’Assemblée jusqu’au 30 octobre. Mais sans publicité, elle risque de n’attirer que des votants.

Facebook ne répond plus

Près de 7 milliards de dollars, c’est la somme que Mark Zuckerberg, patron du réseau social, a perdue en quelques heures le 4 octobre, suite à une panne quasi totale de ses services. L’action a plongé jusqu’au rétablissement, tard dans la soirée, mais devait continuer de souffrir le 5 octobre, alors que la lanceuse d’alerte Frances Haugen, ingénieure et ancienne cheffe de produit chez Facebook, témoignait devant le Congrès américain de ses révélations selon lesquelles l’entreprise choisirait « le profit plutôt que la sûreté » de ses utilisateurs.

Le centre-gauche en tête en Italie

Milan, Naples, Bologne. Ces trois grandes agglomérations transalpines ont été remportées largement par les coalitions de centre-gauche – qui comprenait le (très démago) Mouvement 5 étoiles (M5S) à Bologne. Celui-ci s’effondre partout lorsqu’il concourrait seul, comme à Milan (2,7 %). À Rome, dont il détenait la mairie, il n’est même pas qualifié au second tour, tout comme à Turin, où les candidats du (pâle) Parti démocrate sont en très bonne posture. Partout la droite, souvent extrême, est en net recul…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.