Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Avocats : La fin du secret professionnel ?

La loi pour « la confiance dans l’institution judiciaire » rate manifestement son objectif. Un amendement adopté le 21 octobre en commission mixte paritaire stipule que le secret professionnel des avocats, inaliénable depuis 1971, pourrait être levé dès que l’avocat « fait l’objet de manœuvres ou actions aux fins de permettre, de façon non intentionnelle, la commission ou la poursuite ou la dissimulation d’une infraction ». Une « présomption d’instrumentalisation de l’avocat par son client qui remet en cause tout le secret professionnel », s’affole le Conseil national des barreaux.

Twitter roule pour la droite

Twitter l’avoue : son algorithme favorise la droite. Dans une étude publiée le 21 octobre par le géant américain, six chercheur·ses analysent l’impact du « machine learning » – la technologie qui vous propose une sélection de tweets jugés « populaires » et donc amplifie leur impact. Le résultat est implacable : dans six pays, dont la France, le degré d’amplification des tweets produits par la droite est supérieur à celui de la gauche. Ainsi, les tweets de LFI sont amplifiés à 110 % quand ceux de LR le sont au-delà de 150 %. Et Twitter, qui se prétendait jusque-là « neutre » politiquement, ne sait pas pourquoi…

Bolsonaro cerné

Nouvel assaut contre le président d’extrême droite, d’une consistance inédite : il émane d’une commission d’enquête parlementaire du Sénat, qui liste dix crimes, dont un « contre l’humanité », pour la politique irresponsable de Bolsonaro durant la crise covid (600 000 morts).
Si ses alliés peuvent bloquer un processus judiciaire, l’impact politique est considérable.

Amazon recalé

Et de deux ! Amazon envisageait de construire une plateforme logistique de 185 000 m2 à Montbert (Loire-Atlantique). Cet entrepôt géant devait voir le jour sur une friche hospitalière, et créer 1 000 emplois. Depuis un an, ce projet avait provoqué une forte mobilisation autour du collectif Stop Amazon 44. Le 25 octobre, la communauté de communes de Grand-Lieu, au sud de Nantes, a retoqué ce projet, comme Rennes l’avait déjà fait. 

Les barbelés de la division

Les douze « salopards », ces États européens qui réclament l’aide financière de l’UE pour ériger des murs de barbelés à leur frontière afin d’empêcher l’arrivée de migrants, ont reçu l’appui du ministre de l’Intérieur allemand, Horst Seehofer (CSU), sur le départ. Ce dernier a estimé « légitime » leur demande, rejetée deux jours auparavant par la présidente allemande de la Commission, Ursula von der Leyen.

Le choix de Facebook

Sale période pour le roi des réseaux sociaux. Les journaux américains égrènent des articles fondés sur les « Facebook papers », des milliers de documents internes remis à l’autorité boursière par Frances Haugen, une ancienne ingénieure du groupe. Les derniers démontrent que la firme connaît depuis longtemps l’influence de son réseau sur le complotisme et les violences, mais préfère mettre ses profits – et l’attention des utilisateurs – au-dessus de la modération des contenus.

L’Ouganda protège Total

Les militants en lutte contre le projet pétrolier de Total en Ouganda sont victimes d’une répression policière accrue depuis le 13 octobre. Après une première vague d’arrestations, six nouveaux salariés de l’ONG Afiego ont été arrêtés le 22 octobre. Connue pour ses activités en défense des droits humains et de l’environnement, Afiego fait partie d’une liste de 54 ONG suspendues par le bureau ougandais en charge de gérer les ONG, le 20 août dernier, dans un contexte de répression croissante de la société civile.

La chasse aux ONG palestiniennes

Après avoir assujetti l’Autorité palestinienne, Israël s’attaque à la société civile. Le gouvernement a annoncé, le 22 octobre, la classification de six ONG palestiniennes des droits humains comme terroristes. Le mot le plus juste est venu de l’organisation israélienne B’Tselem qui a jugé la décision « digne des régimes totalitaires ». Même le porte-parole du Département d’État américain y est allé de son couplet : « Les droits humains, les libertés fondamentales et une société civile forte sont cruciales. » So what ? Israël est habitué à l’impunité.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.