Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Travail : La fronde des sans-papiers s’étend

La lutte des sans-papiers contre les abus de leurs employeurs monte d’un cran en Île-de-France. La plupart enchaînent depuis des années les missions courtes grâce à un « alias », une pièce d’identité empruntée. Ils dénoncent désormais leurs conditions de travail indécentes et demandent leur régularisation. En octobre, des intérimaires du bâtiment ont lancé un mouvement contre l’agence RSI Intérim qui les emploie. Le 8 novembre, 78 salariés ont installé un piquet de grève devant les locaux de la boîte d’intérim, située à Gennevilliers. « Tout le monde sait que nous n’avons pas de papiers. On nous traite d’emblée différemment : on est insultés, sous pression. Si on se défend, on nous répond “Fin de mission” », témoigne un salarié dans Le Parisien. De même, dans l’Essonne, plus de 70 sans-papiers font pression sur La Poste et le sous-traitant Derichebourg Intérim. Deux piquets de grève sont tenus sur le site du Coudray-Montceaux depuis le 15 novembre, et le bras de fer s’intensifie. L’entreprise a assigné en référé des grévistes auprès du tribunal d’Évry et entrave leur mouvement en empêchant notamment l’approvisionnement en nourriture et en coupant l’électricité sur le parking.

Chlordécone : Enfin une réparation ?

Le gouvernement vient d’annoncer que le cancer de la prostate serait reconnu comme maladie professionnelle liée à l’usage du chlordécone, avant fin 2021. Une bonne nouvelle, alors qu’Emmanuel Macron affirmait, lors du grand débat national, qu’« il ne faut pas aller jusqu’à dire que c’est cancérigène parce [que ce]n’est pas vrai et qu’on alimente les peurs ». Espérons que ce soit un vrai pas en avant pour les victimes, et pas un énième coup de com préélectoral. Mais il ne faudra pas oublier les autres maladies : selon Santé publique France, plus de 90 % des adultes en Guadeloupe et en Martinique sont contaminés par ce pesticide qui a empoisonné les corps et les sols des Antilles pour des centaines d’années.

Justice : La famille de Rémi Fraisse indemnisée

L’État est responsable de la mort de Rémi Fraisse. Pour la première fois depuis sept ans, ce n’est pas la famille du botaniste de 21 ans qui le clame, mais une cour de justice : le tribunal administratif de Toulouse a reconnu, jeudi 25 novembre, « la responsabilité sans faute de l’État » et l’a condamné à indemniser la famille du jeune homme à hauteur de 46 400 euros. Pour elle, c’est une « victoire importante », assure Me Claire Dujardin, après une série de non-lieux au bénéfice du gendarme qui avait lancé, le 26 octobre 2014, la grenade offensive OF-F1, depuis interdite. Le tribunal a tout de même retenu une « imprudence fautive » de la victime et a estimé que le tir était réglementaire. « Indécent », a réagi l’avocate de la famille, qui a saisi la Cour européenne des droits de l’homme pour « l’honneur de Rémi et pour toutes les victimes de la violence d’État ».

Départ précipité

Depuis le 27 novembre, Matthieu Orphelin n’est plus le porte-parole de Yannick Jadot. Mais pour quelle raison ? Officiellement, les accusations d’agressions sexuelles et de viol portées par plusieurs femmes contre Nicolas Hulot, dans une enquête d’« Envoyé spécial », ont conduit le candidat EELV à « mettre en retrait » son collaborateur, réputé proche de l’ex-ministre. L’équipe de campagne voulait éviter la mauvaise attention médiatique. Mais dans son communiqué, Matthieu Orphelin révèle qu’il avait déjà annoncé la fin de ses fonctions avant le 20 décembre, en raison de sa « non-adhésion » aux « choix stratégiques » du candidat. Yannick Jadot s’était bien gardé de le dire…

Agriculture : La Via Campesina revient en Europe

Comme tous les huit ans, le secrétariat de la Via Campesina change de continent. Depuis le 30 novembre, le secrétariat du mouvement défendant l’agriculture paysanne et la souveraineté alimentaire est hébergé en Europe, et basé en France, au siège de la Confédération paysanne, à Bagnolet. Depuis sa naissance en 1993, le mouvement s’est implanté dans différentes parties du monde, toujours dans une optique de décentralisation et de partage du leadership : d’abord en Europe, puis en Amérique centrale, en Asie, et enfin en Afrique, au Zimbabwe. « Au niveau européen, l’arrivée du secrétariat d’une organisation mondiale fortement engagée pour l’agro-écologie et la souveraineté alimentaire renforcera le mouvement citoyen pour une agriculture plus sociale et plus environnementale », se réjouit la Confédération paysanne.

Cachez ce patrimoine en or…

D’après France Info, 700 millions d’euros de patrimoine immobilier appartenant au diocèse de Paris n’apparaissent pas dans ses comptes. Une cachotterie de taille au moment où le président de la Conférence des évêques de France assurait, quelques heures après la sortie du rapport Sauvé mettant en évidence l’ampleur des violences sexuelles sur mineurs dans l’Église – 330 000 victimes depuis 1950 –, qu’il n’y avait « pas de lingots d’or cachés » et que ça justifiait que les catholiques financent l’indemnisation des victimes. Donnez, donnez, Dieu vous
le rendra… ou pas.

Un Immortel qui n’écrit pas en français

L’Académie a du mal à « recruter » ces temps-ci. Six sièges étaient encore vacants jusqu’à l’élection, le 25 novembre, de Mario Vargas Llosa, célèbre écrivain péruviano-espagnol de 85 ans (alors qu’il faut avoir moins de 75 ans pour se présenter) – qui n’a jamais publié en français. En 1990, il fut candidat ultralibéral et pro-américain à la présidentielle à Lima, et son nom est récemment apparu dans les Panama Papers. Il sera bien aux côtés de Finkielkraut…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.