L’émeute, éphémère levier politique

La révolte violente peut être une force de changement. À condition qu’elle reste spontanée, représentative et limitée dans le temps.

Daphné Deschamps  • 19 janvier 2022 abonné·es
L’émeute, éphémère levier politique
Lors d’une u00ab marche sur l’Élysée u00bb, le 18 novembre 2017, à Paris, contre u00ab la politique anti-sociale u00bb d’Emmanuel Macron.
© Maxime Reynié

J e n’aime pas parler d’émeutes. C’est un terme de politicard. Je préfère le terme de révoltes sociales. » Pour Mohamed Mechmache, éducateur de rue, les mots ont un sens. Et un pouvoir. En 2005, après les soulèvements des banlieues à la suite de la mort de Zyed et Bouna, deux mineurs morts électrocutés dans un transformateur EDF après avoir été poursuivis par la police, il fonde l’association ACLefeu. Il s’agit alors de donner une suite à ce mouvement spontané, mais aussi de « démonter le discours de Sarkozy et compagnie, qui surfaient sur la souffrance de nos quartiers, sans rien connaître de notre quotidien ». Le drame qui a touché Clichy-sous-Bois, sa ville, est la pierre angulaire de son action.

À l’origine de ces mouvements, qu’on les

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 8 minutes