L’émeute, éphémère levier politique

La révolte violente peut être une force de changement. À condition qu’elle reste spontanée, représentative et limitée dans le temps.

J e n’aime pas parler d’émeutes. C’est un terme de politicard. Je préfère le terme de révoltes sociales. » Pour Mohamed Mechmache, éducateur de rue, les mots ont un sens. Et un pouvoir. En 2005, après les soulèvements des banlieues à la suite de la mort de Zyed et Bouna, deux mineurs morts électrocutés dans un transformateur EDF après avoir été poursuivis par la police, il fonde l’association ACLefeu. Il s’agit alors de donner une suite à ce mouvement spontané, mais aussi de « démonter le discours de…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.