Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Présidentielle : Pécresse incomprise, vraiment ?

Valérie Pécresse est incomprise. C’est ce qu’elle soutenait lundi sur RTL, au lendemain de son premier grand meeting, au Zénith de Paris. « Il n’y a pas de fatalité ni au grand déclassement ni au grand remplacement », avait-elle lancé. Accusée par tous les commentateurs de reprendre la théorie complotiste popularisée par Zemmour, elle s’offusque : « Ça veut dire que je ne me résigne pas, justement, aux -théories d’Éric Zemmour et de l’extrême droite, parce que je sais qu’une autre voie est possible. » Cette « autre voie » ressemble pourtant furieusement à celle de l’extrême droite quand elle évoque une « immigration débordante qui débouche sur la création de zones de non-France ». Ou revendique « vouloir l’assimilation » pour ne pas faire « seulement des Français de papiers », une expression typiquement lepéniste.

Gauche : La Primaire populaire fait sa mue

Si les organisateurs de la Primaire populaire veulent encore croire que « les jeux ne sont pas faits », puisque « le mois de février a toujours été le mois des ralliements », ils se projettent déjà dans l’après-présidentielle. Le week-end dernier, l’association « 2022 ou jamais », qui portait et organisait ce processus de primaire, s’est officiellement transformée en « mouvement citoyen de pression politique ». Une mue entérinée lors d’une assemblée générale. Exit le « conseil d’orientation », composé de représentants des organisations et des coalitions citoyennes soutenant l’initiative, remplacé par un conseil d’administration de 30 membres qui ont élu un nouveau bureau. Il s’agit, a expliqué Mathilde Imer, de continuer à peser aux législatives et d’être « un mouvement de résistance si on perd ».

Disparition : Andrée Michel, pionnière du féminisme en France

Née en 1920, elle aurait eu 102 ans en septembre. Cette grande sociologue n’aura cessé, toute sa vie, de défricher des domaines alors peu en vogue au CNRS (où elle entra en 1951). Diplômée en droit et en philosophie, volontaire sociale dans l’armée française en 1944, elle est l’une des premières femmes à décrocher un doctorat de sociologie à la Sorbonne en 1959. Dès 1956, elle publie une recherche pionnière sur les travailleurs algériens en métropole, qui reste une référence aujourd’hui. Militante antimilitariste, porteuse de valises pour le FLN, elle convainc sa camarade de réseau, Charlotte Delbo, de publier son cahier de retour de déportation à Auschwitz, Aucun de nous ne reviendra, dans la collection « Femmes » des éditions Gonthier, dirigée par Colette Audry, avec laquelle elle a participé à la création du Planning familial. Une collection où elle publie avec Geneviève Texier l’une des premières études de sociologie des femmes, qui fera date, La Condition de la femme française d’aujourd’hui (1963-1964). Une grande dame.

En Tunisie, un pas de plus vers la dictature

Nouveau de coup de force du président : Kaïs Saïed vient de dissoudre le Conseil supérieur de la magistrature, organe indépendant qu’il accuse de partialité, pour le remplacer par une instance « provisoire » dont les juges qui la composeront devront être adoubés par lui et n’auront pas le droit de faire grève. En juillet dernier, le Président avait suspendu le Parlement et chassé le gouvernement. Plusieurs centaines de manifestants ont dénoncé ce palier supplémentaire, et probablement pas définitif, dans la captation du pouvoir par Saied.

Disparition : Mireille Delmas-Marty, juriste précurseure

Professeure au Collège de France de 2002 à 2012 (chaire « Études juridiques comparatives et internationalisation du droit »), grande juriste humaniste spécialiste de droit international et comparé, elle était surtout une observatrice avisée du monde contemporain à travers le prisme du droit. Agrégée de droit pénal en 1970, experte reconnue des libertés publiques, elle commença sa carrière dans un monde bipolaire mais sut, avec la construction européenne puis la mondialisation, adapter ses recherches à ces grandes évolutions. En soulignant les risques induits par le changement climatique et surtout les multiples états d’exception imposés par le 11-Septembre puis la pandémie. Le titre de sa série de ses quatre maîtres ouvrages, Les Forces imaginantes du droit, traduit bien son approche dynamique du droit, en constante transformation avec la mondialisation. Pour affirmer son espoir de principes humanistes nous guidant « vers une communauté de valeurs » …

Transhumanisme : L’ « hyperintelligence » d’Elon Musk en doute

Des centaines de témoignages de travailleurs ont conduit au dépôt d’une plainte contre Tesla, la firme d’Elon Musk, pour ségrégation raciale. Insultes, harcèlement racial et sexuel, altercations une centaine de fois par jour, discriminations dans les tâches imposées et la rémunération, licenciements abusifs, expressions renvoyant au plus sombre passé esclavagiste : voici le quotidien des personnes racisées à l’usine californienne de Tesla Fremont, entre 2015 et 2019.

À l’instar de sa voiture envoyée dans l’espace, la folie du milliardaire est aujourd’hui interstellaire. Entre 2018 et 2020, avec sa société Neuralink, Elon Musk a lancé des tests pour concevoir un implant cérébral capable de guérir la dépression, la dépendance, la paralysie, et de concevoir un humain « hyperintelligent ».

D’après le recours en justice déposé par un groupe américain de défense des animaux, sur les 23 singes participant aux tests, 15 sont morts dans d’atroces souffrances, ou euthanasiés. Musk a annoncé vouloir lancer des tests sur les humains dès cette année. Si personne ne se porte volontaire, tentera-t-il de devenir lui-même le premier humain « hyper-intelligent ? »

Chapelle-Darblay : Rouen à la rescousse

Le finlandais UPM avait décidé la vente de Chapelle-Darblay, première unité de recyclage de papier en France, au profit d’un projet de production d’hydrogène. La métropole de Rouen a finalement activé son droit de préemption et mis 8 millions d’euros sur la table pour pérenniser l’activité papier.

Rendez-vous au marché noir

En Seine-Saint-Denis, il devient quasi impossible de prendre rendez-vous à la préfecture pour déposer une demande de titre de séjour. Résultat, les rendez-vous se monnayent jusqu’à 600 euros au marché noir, et on note une baisse des régularisations au titre du travail de plus de 20 % en un an, indique le collectif « Livre noir », qui manifestait le 16 février pour dénoncer une « fabrique de sans-papiers ».

L’extrême droite en force en Castille-et-Léon

Vox ne comptait qu’un élu au parlement de la province de Castille-et-Léon, il en a désormais 13. Sacrée progression pour le parti d’extrême droite espagnol surgi en 2018. En miroir, le parti de centre-droit Ciudadanos s’effondre (de 12 député·es à 1), lui qui rêva un temps du pouvoir à Madrid.

Le Parti populaire (PP, droite), s’il progresse un peu (de 29 à 31 élu·es), perd la majorité (41 élu·es) qu’il formait avec Ciudadanos. Vox revendique sa place. Si le PP cédait, Vox entrerait pour la première fois dans un exécutif espagnol.

Greenwashing à Angoulême ?

La journaliste Inès Léraud, l’activiste pour le climat Camille Étienne, le dessinateur François Olislaeger ainsi que les scientifiques Sophie Szopa et Roland Lehoucq ont renoncé à leur rôle de jury du nouveau prix écolo du festival de BD d’Angoulême, qui associe la multinationale de l’emballage Raja. Pour Yves Frémion, fondateur du prix Tournesol, qui récompense déjà depuis 25 ans la meilleure BD écolo en « off » du festival, ce prix est du greenwashing et une « offensive politique contre l’écologie ».

« Démocratie participative » n’est plus

Derrière ce nom se cachait un site néonazi, « le plus raciste de France », tenu par Boris Le Lay, qui se cache au Japon depuis 2019 pour échapper à une peine de plus de dix ans de prison. C’est un hacker, Symed18, qui a réussi à pirater et à effacer la majeure partie de ce site, là où les autorités françaises échouaient depuis des années, comme le révèle Streetpress.

Les Suisses disent non au tabac

Grande victoire contre les lobbys : le peuple, par une votation fédérale, a décidé l’interdiction de toute publicité pour le tabac sur des supports visibles par les jeunes – affiches, médias, cinéma, manifestations, etc. Le laxisme du pays en faisait l’un des derniers d’Europe pour la prévention du tabagisme dans la jeunesse. Il faut dire que les plus importants cigarettiers ont leur siège en Suisse, et qu’ils ont mis le paquet pour bloquer l’initiative.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.