Dossier : Comment la Macronie a abîmé l'école

Une école mise au pas

Des enseignants maltraités, une vision de l'école rétrograde, voilà le bilan de la Macronie en matière d'éducation.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Après cinq ANS de Macronie fortement teintée de blanquerisme, l’École de la République est exsangue. C’est d’abord le corps enseignant qui se considère à raison maltraité et relégué. Ils sont des centaines de milliers à ne pas pouvoir oublier comment leur ministre de tutelle les a abandonnés en première ligne de la pandémie, sans matériels de protection ni consignes claires. Les syndicats gardent aussi en mémoire les renoncements sur les salaires de Jean-Michel Blanquer, dont l’autoritarisme avéré ne supporte pas la moindre remise en question. Depuis sa prise de fonction rue de Grenelle, il n’aura eu de cesse d’infuser une idéologie rétrograde en matière éducative mais parfaitement compatible avec une vision utilitariste de l’école dont se réjouissent les Républicains, mais aussi Marine Le Pen et Éric Zemmour. Quant au chef de l’État, qui n’est pas encore officiellement candidat, ses propositions sur la question scolaire seront scrutées. Mais son bilan est d’ores et déjà accablant.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.